Responsive image

« Nous voulons des handicapés candidats aux élections »

Politique
Alexandra TCHUILEU N. | 01-02-2018 10:48

 Joseph Pouagam, Président de l’association de Goodwill Cameroun.

Comment se déroulent les inscriptions des personnes handicapées sur les listes électorales ?

L’indicateur de l’efficacité de la structure électorale, c’est sa capacité à faire inscrire les citoyens qui ont des difficultés particulières à le faire. C’est catastrophique pour les déficients auditifs. Il n’y a pas de télévision au Cameroun qui transcrive quoi que ce soit en langue de signes. C’est un plaidoyer fondamental pour qu’ils aient accès à l’information. Les sourds-muets ont l’effectif le plus important du nombre de personnes handicapées (43%). Sauf qu’on ne les identifie pas comme les autres types de handicap. Ici, nous animons le programme Inclusive Elections dont le but est de faire du plaidoyer auprès d’Elecam, des partis politiques et des autres acteurs du processus. Avec notre guichet électoral, nous centralisons les numéros de téléphone de ceux qui s’inscrivent pour nous assurer qu’ils retirent leurs cartes et qu’ils votent. En plus, avec le programme « Leadership for Person with Disability », nous voulons que les personnes handicapées soient candidates aux élections.

Quelles difficultés rencontrez-vous sur le terrain ?

Les personnes handicapées ont une perception réductrice de leur handicap. Elles se disent qu’elles ne servent pas à grand chose. Nous avons le counselling où on accueille et on les éveille. Nous formons aussi des leaders de partis politiques à la compréhension de la déficience et de ce que peut apporter la personne handicapée. Les partis politiques ont quant à eux l’impression que les personnes handicapées n’existent pas. Ils ne voient pas l’intérêt à s’investir dans cette catégorie de citoyens. De plus, beaucoup traînent le pas parce qu’ils attendent une motivation financière. A Elecam, il y a eu beaucoup de mobilisation et d’engagement par le passé mais, on assiste ces derniers temps à une baisse d’engouement. Alors que beaucoup ont encore besoin d’être inscrits. Enfin, certains sont souvent démunis et ne peuvent pas aller s’inscrire. Le déplacement est souvent pénible et coûteux et tout le monde ne dispose pas toujours de moyens pour y aller. Sur le terrain, beaucoup n’ont ni acte de naissance, ni carte nationale d’identité. On a encore des problèmes d’accès au lieu d’inscription pas toujours adapté.

Quelles dispositions sont prises pour amener le maximum de personnes handicapées à participer à ce processus ?

Nous avons déjà ici le guichet électoral permanent. On reçoit beaucoup d’appels pour avoir des précisions. En plus, nous envoyons en permanence des SMS. Le guichet électoral se déplace aussi pour sensibiliser les maires. Cette année, les activités sont réduites, contrairement aux années antérieures. Elecam est assez sensibilisé. Du matériel électoral en braille a par exemple été produit. On espère que cela va encore se faire cette année. Il y a un travail fondamental à faire pour les déficients auditifs.

 

 

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter