Responsive image

Marchandises confisquées: la vie d’après…

Societe
Alfred MVOGO BIYECK | 02-02-2018 11:20

Elles font généralement le « bonheur » des prisons, orphelinats et autres centres sociaux. Où sont vendu aux enchères après une procédure administrative.

Tout ou presque, a été dit, sur la ou les destinations prises par les marchandises, denrées alimentaires et autres biens confisqués aux vendeurs encombrant les chaussées des divers marchés de la ville par les agents de la CUY, « Awara », au nom de la lutte contre le désordre urbain.

Entre ragots et envie pour les victimes de se donner bonne conscience. Mais quelles directions prennent les objets emportés, eux qui charrient de nombreux commentaires ? A la Communauté urbaine de Yaoundé, le chef de service environnement et hygiène, Georges Mahou Nguimbous, se veut formel.

« Les principaux bénéficiaires sont la prison centrale de Yaoundé, les œuvres sociales et les orphelinats de la ville, pour ce qui concerne les denrées alimentaires. Pour le reste, il y a des amendes à payer par les propriétaires, ou alors s’enclenche la réforme administrative, qui conduit à la vente aux enchères », assure-t-il.

 A la prison centrale de Yaoundé, le régisseur Landry Etoundi, confirme bel et bien la livraison par la Communauté urbaine de Yaoundé, de denrées alimentaires. « Généralement, ils nous apportent des régimes de plantain, de la tomate, des fruits et bien d’autres denrées en grande quantité.

A cela, s’ajoutent quelques fois des brouettes, qui nous permettent d’évacuer tous les résidus que nous produisons vers les bacs à ordures, et des planches issues des étals qui servent de bois de chauffe aux prisonniers pour faire leur cuisine. Maintenant, la maîtrise de la périodicité de cette œuvre de bienfaisance ne dépend pas de nous », affirme-t-il. Des propos que corroborent nombre de ses collaborateurs rencontrés sur le terrain.

A Béthanie Viacam, un centre social s’occupant des personnes âgées, un responsable se souvient. « La Communauté urbaine nous aide souvent. Elle nous fait livrer des denrées alimentaires. Le seul regret qu’on peut avoir, si regret il y a, c’est qu’elle ne le fait pas tous les jours ». Une supplique, qui revient dans d’autres orphelinats et centres sociaux comme Prohandicam à Mimboman château, le Foyer de l’espérance à Nsam-Efoulan…

Reste, que des victimes d’ « Awara » continuent de croire, à tort ou à raison, et au vu du comportement de certains agents de la Communauté urbaine de Yaoundé sur le terrain, que bien des objets confisqués prennent des destinations inavouables.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

Les félicitations au chef de l’Etat

Presidential
Eldickson AGBORTOGO | 25-05-2018 11:26 | 0 0

From The President of the Republic of Hungary
“Excellency,

On the occasion of your country’s National Day, I have the honour to extend my heartfelt greetings to Your Excellency and the people of the Republic of Cameroon. I sincerely hope that the rela ...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter