Responsive image

Armand Biyag: attitude pro

Culture
Rita DIBA | 05-02-2018 12:45

 Le chanteur et multi-instrumentiste n’a pas seulement le talent, il se construit aussi une carrière.

Petit à petit. Pas à pas. Ainsi se construit la carrière d’Armand Biyag. « C’est mieux pour moi. Je ne suis pas pressé d’atteindre le succès », explique l’auteur du titre « Nsen » (même si beaucoup pensent que le morceau s’intitule « Mut Binam », éponyme de son premier opus).

La patience donc, pour cet indéniable talent au velouté vocal, dont les deux albums comptent cinq ans d’écart, le dernier en date étant « Njan » en 2016.
Armand Biyag, il est vocaliste, pianiste, percussionniste, auteur-compositeur, arrangeur…

Ce n’est pas un hasard parce que pour celui qui est surnommé l’homme-orchestre, un chanteur doit savoir jouer d’un instrument. Ça lui permet de mieux saisir l’essence de la musique. Et Armand fait la musique de son cœur. Il va là où ses alchimies et expérimentations le conduisent. Makossa, makunè, jazz…

Et au-delà que la virtuosité du chanteur et multi-instrumentiste, son petit plus, c’est son professionnalisme. Il s’inspire de l’expérience des plus grands et des aînés : « quand je regarde Manu Dibango qui après plus de 50 ans de carrière est toujours présent, Richard Bona, Blick Bassy, c’est ce genre de choses qui m’aident à penser autrement », déclare Monsieur Biyag qui dit de lui-même qu’il est « un artiste en développement ».

« J’ai trouvé un jeune artiste qui a le talent, mais surtout qui se donne les moyens de construire une carrière internationale…Il faut simplement un minimum de discipline, de structuration et d'investissement, d'humilité et de patience », dira Tony Mefe, directeur artistique de Scène d’Ebène pour expliquer sa collaboration avec Armand Biyag.

Un partenariat qui a permis à Armand Biyag d’avoir son pass pour les deux plus grands marchés artistiques en Afrique. Visa For Music au Maroc où il était en 2017 et le Masa en Côte-d’Ivoire, où il se rendra en mars prochain. Et le musicien n’est pas revenu du royaume chérifien les mains vides.

Sollicité par un tourneur américain pour une série de shows pendant un mois à partir de juillet prochain, Armand est à la recherche de financements. De plus, il est lauréat du programme de résidence pour de jeunes talents « Visa pour la création 2018 » supporté par l’Institut français.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

Décret N°2018/314 du 23 mai 2018 portant Ratification de l’accord de prêt d’un montant de 30 000 000 d’euros, soit 19 678 710 000 francs CFA, conclu le 19 mars 2018 entre la République du Cameroun et la BMCE Bank international PLC, pour le financemen

Presidential
Paul BIYA | 24-05-2018 11:46 | 0 0

Le président de la République décrète,

Vu la Constitution;
Vu la loi N°2017/021 du 20 décembre 2017 portant loi de Finances de la République du Cameroun pour l’exercice 2018 ;
Vu l’ordonnance N° ...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter