Responsive image

Plan d’action 2018: le personnel de la Sopecam prêt

Societe
Jeanine FANKAM | 05-02-2018 15:04

 Les différents responsables d’agence ont présenté des projets ambitieux pour atteindre les objectifs assignés.

Avant le mot de clôture des Journées d’imprégnation de la Sopecam au plan d’action 2018, la parole a été donnée à chaque chef d’agence pour présenter ses stratégies pour l’atteinte des objectifs. Aimé-Francis Amougou, chef d’agence de la Sopecam du Sud,  comme plusieurs autres collègues, n’a pas fait dans la langue de bois. Il promet de rendre encore plus présente l’entreprise dans sa sphère de compétence et montrer en même temps le savoir-faire des populations du Sud dans les différentes productions de la Sopecam.

Mais, a-t-il posé comme condition, il faut renforcer les moyens en cette année charnière : « Nous voulons être fortement accompagnés dans l’atteinte des objectifs par la direction générale ». Aimé-Francis Amougou, comme les autres, souhaite que s’instaurent entre les chefs d’agence et les directions logées au siège, une relation de confiance et la célérité dans l’exécution des instructions en faveur des services déconcentrés.

Ces responsables ont clairement indiqué que les goulots d’étranglement qui entravent l’atteinte des meilleures performances se trouvent, dans bien des cas, dans les lenteurs malsaines à diligenter les dossiers.

Eric Elouga, chef d’agence du Nord propose la symbiose, la concertation et une saine émulation entre les membres d’une même entreprise. Son collègue Brice Mbeze promet de faire de Ngaoundéré, une agence de première catégorie. Pour lui, ces Journées ont été « une occasion de ressourcement et de remise en question.

Elles avaient une tonalité particulière ». Il évoquait ainsi leur ouverture, pour la première fois, par Joseph Le, président du Conseil d’administration.  Le chef d’agence de l’Adamaoua trouve que la rencontre qui s’est achevée vendredi dernier marque  une rupture avec les années antérieures.

Le personnel a été édifié sur les défis de l’année 2018, baptisée « année des élections », lesquelles culmineront probablement avec la présidentielle. Il a été rappelé le rôle à jouer par chaque employé pour la réussite à la fois éditoriale, technique et commerciale de la participation de la Sopecam. « Il faudra  se bouger sur plusieurs fronts ». Consolider d’abord les acquis, puis s’imposer dans tous les segments de prestation offerts par l’entreprise à travers des actions de proximité et la disponibilité des produits de la Sopecam. Les ventes numériques seront renforcées, les abonnements en ligne disponibles afin de toucher les cibles lointaines.

Le mot de clôture de Shey Peter Mabu, directeur général adjoint,  était simple : Merci. Merci pour l’engagement pris, merci pour l’effort à consentir dans un contexte de défis. Sa recommandation forte : « faire le mieux possible pour bien distinguer la Sopecam en 2018. Il faudrait alors que les publications atteignent les consommateurs ».

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

Cameroun-Guinée équatoriale: une relation dense

Presidential
MESSI BALA | 22-02-2018 12:26 | 0 0

Partageant une frontière commune, les deux pays entretiennent en outre des rapports empreints de compréhension mutuelle et de fraternité.

Fraternité et solidarité. Les deux mots résument la relation entre le Cameroun et la Guin& ...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter