Responsive image

« Nos ambitions sont mondiales »

24 heures
Gibrile KENFACK TSABDO | 05-02-2018 05:33

L'explication

William Elong, Chief Executive Officer de Will & Brothers.

Qu’est-ce que qui fait la particularité des drones que vous venez de développer ?

Nos drones sont faits localement. En matière de contrôle de données, on n’a pas une maîtrise de la façon dont les informations contenues dans les drones fabriqués par les étrangers sont traitées. Parfois, elles sont exportées ou stockées à l’étranger. Or, nous avons un contrôle total sur la partie logicielle de notre produit. Ensuite, ils coûtent moins cher, car les coûts de production sont plus bas (ressources humaines, ingénieurs, etc.). S’il faut acheter un drone à l’étranger, il y a les frais de transport ou encore les frais de douane à payer. Tout cela disparaît. L’autre point est la maintenance. Si on achète un drone ailleurs, on est obligé de faire venir une expertise étrangère pour assurer la maintenance, le suivi et tout cela coûte plus cher. L’avantage d’avoir des Africains qui proposent des drones à d’autres Africains, c’est que premièrement on a la connaissance du terrain. Donc, on conçoit des drones contextualisés en termes de coûts, de technologies et de savoir-faire. Ensuite, la maintenance et le suivi sont assurés par des équipes locales.

Quels sont vos différents prototypes et à quoi servent-ils ?

Nous avons trois drones phares : un drone à voilure fixe avec une portée de 20km et plus de 45 minutes d’autonomie baptisé Algo, un drone hexacoptère baptisé Logarithm et un drone terrestre baptisé Sanaga en hommage à la culture de notre pays. Dans le drone Algo qui est notre produit phare, nous pouvons embarquer une myriade de capteurs. On peut embarquer par exemple des caméras multispectrales qui permettront aux exploitants d’une bananeraie, de compter exactement en un seul vol, le nombre de plants à 5 cm de précision de l’exploitation agricole. Nos applications sont disponibles. Dans le secteur de la défense, il faut savoir que le coût de l’unité d’un drone peut dépasser un milliard de F. Mais, nous avons divisé le prix par 25. Nous les fabriquons sur mesure. Il suffit de décrire le type de drone que vous voulez, les caractéristiques techniques et en deux semaines, vous avez le produit.  

Que prévoit la suite de votre projet?

Nos ambitions sont mondiales. L’idée est que les drones fabriqués au Cameroun soient utilisés partout. Que ce soit en Europe, aux Etats-Unis, en Asie. Surtout que les enjeux technologiques aujourd’hui n’ont plus de frontières. Si des fabricants étrangers peuvent venir en Afrique, il n’y a aucune raison que les entreprises africaines n’aillent pas vers le reste du monde. L’avenir de l’humanité est dans l’intelligence artificielle. Concevoir des drones était juste la première étape.  Je vous annonce la création de Cyclop, une intelligence artificielle qui permet de détecter automatiquement des personnes, des objets ou même des animaux. C’est vrai que nous sommes confrontés à quelques difficultés, parce que malheureusement, tous les composants ne sont pas encore faits au Cameroun. C’est notre principal challenge. L’idée à moyen terme est de réussir à produire le plus de composants possible localement.

 

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

Décret N°2018/314 du 23 mai 2018 portant Ratification de l’accord de prêt d’un montant de 30 000 000 d’euros, soit 19 678 710 000 francs CFA, conclu le 19 mars 2018 entre la République du Cameroun et la BMCE Bank international PLC, pour le financemen

Presidential
Paul BIYA | 24-05-2018 11:46 | 0 0

Le président de la République décrète,

Vu la Constitution;
Vu la loi N°2017/021 du 20 décembre 2017 portant loi de Finances de la République du Cameroun pour l’exercice 2018 ;
Vu l’ordonnance N° ...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter