Restons concentrés sur l’essentiel

Sports
Grégoire DJARMAILA | 06-02-2018 05:14

Regard

Les multiples sorties du président de la CAF sur l’organisation par le Cameroun de la CAN 2019 ne sont pas en soi une mauvaise chose. Ces propos qui sonnent comme un rappel à plus de célérité constituent en principe un adjuvant qui doit permettre au gouvernement camerounais de mettre en alerte tout son dispositif de préparation de cette compétition majeure de la CAF.

Mine de rien, le fameux « même à quatre équipes, le Cameroun n’est pas prêt », lancé par Ahmad à Ouagadougou au mois d’août 2017 a fini par exercer une pression positive sur la conduite des travaux des différents chantiers engagés par le Cameroun dans le cadre de la tenue de la 32e  CAN.

L’évolution significative des travaux sur les sites de Japoma et d’Olembe et dans une moindre mesure à Garoua sont à inscrire dans cette dynamique. Au regard de ce qui se passe sur le terrain, il est fort à parier que le Cameroun organisera une CAN de bonne facture.

Mais il y a lieu de questionner les vrais mobiles des sorties intempestives voire inopportunes du patron de l’instance faîtière du football africain qui se montre à la fois rassurant et menaçant sur le Cameroun. Ces déclarations spectaculaires sonnent, non pas comme un simple avertissement, mais constituent une sorte d’acharnement contre le Cameroun.

Si les retards sur certains chantiers demandent à être rattrapés, la récurrence des propos désobligeants vis-à-vis de notre pays comporte une forte charge conspirative. Le Cameroun qui inaugure l’ère de la CAN à 24 n’est-il pas plutôt à accompagner et encourager ?

La question est d’autant plus interpellatrice que l’Etat camerounais, malgré un contexte économique très défavorable et en dépit du fait que les règles du jeu ont été changées en cours du match, se montre résolu à abriter cette grand’messe du football africain.

La CAF doit donc faire montre de compréhension et de tolérance quant au rythme de la préparation du Cameroun. Elle doit donner foi à la promesse et à l’engagement du chef de l’Etat camerounais qui adéclaré que « le Cameroun sera prêt le jour dit ». La solennité de la parole présidentielle sur la tenue de cet événement sportif en terre camerounaise devrait suffire à tempérer le scepticisme de la CAF.

Pour le moment, cette posture ne fait que raviver  le débat qui enfle au sein de l’opinion camerounaise et africaine sur un agenda caché qui militerait pour un retrait de l’organisation de la compétition au Cameroun pour la confier à un certain pays. Mais le Cameroun et son peuple restent concentrés sur l’essentiel. La mobilisation pour la conduite sereine des différents chantiers reste sauve.

Il n’est pas question de se laisser distraire par des faits et gestes qui sont périphériques à cette préparation. Les Camerounais sont conscients que le timing et le rythme méritent d’être améliorés.

En même temps,  ils ne vont pas accepter que l’honneur de leur pays soit régulièrement bafoué etmis à mal en mondovision puisque, de toute évidence, le Cameroun sera prêt le jour dit ou ne sera pas.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter