Cameroon-Tribune

Responsive image

BIP 2017: le taux de réalisation a baissé

24 heures
Agnès DAITIKAO (stagiaire) | 06-02-2018 06:07

Les faits

En régression de quatre points comparativement à l’année précédente, l’exécution du budget d’investissement public pour l’exercice 2017 est de 91,95%.

Il y a de quoi s’en vanter. Et il ne s’en prive pas. Lui, c’est le président du Comité de suivi de l’exécution physico-financière de l’investissement public dans la région de l’Adamaoua.

Sa région est classée première de toutes les régions pour l’exécution du budget d’investissement public (BIP) 2017. Là-bas, les prestataires de service n’ont pas attendu d’être payés pour achever leurs chantiers.

Tous les maillons de la chaîne ont apporté leur pierre à l’édifice et au final, la région château d’eau du Cameroun s’en sort avec 96% de taux d’exécution. Des difficultés, il y en a pourtant eu, notamment au niveau de l’exécution des marchés de forages. La dernière de la classe, la région de l’Extrême-Nord,  promet pour sa part de faire mieux en 2018.

Avec ses 69% de taux d’exécution physique, son président de comité de suivi met cela sur le compte du retard dans le décompte de paiement des entreprises. Mais aussi, le non-respect, dans les délais, des engagements pris par les entreprises. Avant la région de l’Extrême-Nord, la région du Centre et du Littoral affichent un taux d’exécution également peu satisfaisant. 

Globalement, toutes les régions ont dépassé la barre des 50%. Certaines d’entre elles, au vu de la situation socio-politique sur leur territoire, auraient des raisons d’être en dessous de la moyenne. C’est le cas de la région du Nord-Ouest par exemple qui, avec ses plus de 90%, arrive pourtant en deuxième position.

Le taux global de réalisation physique du BIP est donc de 91,95% en 2017 sur l’ensemble du pays. Il est en baisse de quatre points par rapport à 2016 où il était de 95,94%. Lors de la première évaluation déjà, en août 2017, il était de 52,83%, avec un taux de liquidation de 66,90% et un taux d’engagement de 69,86%.

 « Malgré la petite baisse que nous avons eue par rapport à l’année 2016, nous pensons que le BIP a été exécuté d’une bonne manière. Comme certains entrepreneurs l’ont toujours souligné, il y a des problèmes de paiement de certains décomptes qui continuent d’être un frein. Chaque région a également ses difficultés », indique Rosette Julienne Ayayi, présidente du Comité national de suivi de l’exécution physico-financière de l’investissement public.

Rendu au terme de la deuxième session d’évaluation du BIP 2017, des ajustements doivent être faits pour une amélioration en 2018. On pourra alors dépasser les difficultés identifiées par les acteurs de l’exécution du BIP.

Il s’agit notamment de la faible exécution des projets d’entretien routier, des projets mal exécutés, de la non-conformité de certains projets inscrits dans le BIP, etc. Tout ceci a été discuté hier, au cours de la deuxième session d’évaluation du BIP 2017, par le Comité national de suivi de l’exécution physico-financière de l’investissement public.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

Responsive image

Yaoundé: Tenor en concert

Culture
Gaël de SOUZA | 17-08-2018 10:06 0 0

 Demain à 18h au Palais des Sports, l’artiste va animer un show plein de promesses.

Tenor le promet : demain, jour du concert, les portes seront ouverte...
Lire la suite

Responsive image

Charity Gala To Assist Needy Children:

Culture
Dilian WELLENG (Intern) | 17-08-2018 10:02 0 0

The donation will help provide didactic material to children under the care of Alliance Smile NGO.

The Non-Governmental Organization (NGO), Alliance Smile For Children, h...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter