Responsive image

Stéphanie Mballa: 27 ans et toutes ses ambitions

Politique
Alexandra TCHUILEU N. | 07-02-2018 10:42

Engagée dans les organes de base de l’Alliance nationale pour la démocratie et le progrès (ANDP), elle vise, à terme, la sphère dirigeante du parti.

Elle n’est pas passée inaperçue lors de la présentation des voeux à Hamadou Moustapha, le président national de l’Alliance nationale pour la démocratie et le progrès (Andp), le 27 janvier 2018. Rangeant des chaises et impatiente pour remettre le bouquet de fleurs à son président national, Stéphanie Mballa avait quelque chose de commun à ses camarades de parti : l’engagement. Mais cela n’est pas partagé par les jeunes de son âge.

Du haut de ses 27 ans, cette jeune institutrice n’a pas l’intention de baisser les bras. Il y a trois ans, en 2015, elle s’engageait dans la vie politique. Aujourd’hui, elle ne regrette rien. « Cela m’apporte beaucoup de maturité et j’exprime désormais mes idées sans crainte.

On a l’habitude de dire que les jeunes sont le fer de lance de la nation mais on oublie que le fer de lance s’accroche sur une canne. L’Andp représente cette canne et son président national lui donne la direction », explique- t-elle. Le déclic chez elle est arrivé en 2013, après la nomination d’une femme de ce parti au Sénat. Marlyse Aboui. Une des plus jeunes d’ailleurs. « J’ai compris que la politique n’était pas si sorcier que cela. J’ai alors observé le fonctionnement et j’ai aimé la place laissée aux jeunes », se souvient-elle.

Sur le terrain de la politique, le plus dur pour elle est de convaincre malgré sa jeunesse. « Face à ceux qui doutent ou sont agressifs, je garde l’écoute. Cela les calme. Mais, il faut surtout les convaincre des idéaux du parti », dit-elle. Et pourtant, sa mission est aussi de rassembler et d’amener le maximum de militants vers ce parti.

Aujourd’hui, Stéphanie Mballa escompte un poste de responsabilités au sein de son parti. Elle se sent les épaules assez larges pour faire face aux défis. A ceux qui hésitent à s’engager en politique, son message : « Pour construire, il faut d’abord appartenir ».

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

20 mai 2018: Grandiose

Politique
Rousseau-Joël FOUTE | 22-05-2018 09:12 | 0 0

Le président de la République, Paul Biya, a présidé dimanche dernier le défilé militaire et civil au Boulevard du 20 mai.

C’est à 10h15 que le président de la République, Paul Biya, arrive au Boulevard ...
Lire la suite

Le triomphe de l’unité

Politique
BADJANG ba NKEN | 22-05-2018 09:10 | 0 0

Commentaire

La fête du 20 mai est un grand moment d’exaltation de l’unité nationale. Une occasion idoine pour les filles et fils du Cameroun, par-delà leurs différences, de manifester leur joie d’appartenir à un ...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter