Responsive image

Secteur de l’élevage: les moyens de la relance

24 heures
Josy MAUGER | 07-02-2018 15:05

Les faits

Un projet sur les rails, alors que de nombreux autres sont en cours d’implémentation. Plus de 60 milliards de F injectés.

Le Projet de développement de l’élevage (Prodel) a franchi un pas important dans son processus de mise en oeuvre. C’est que le coordonateur du projet, Sale Abouame, a procédé hier à Yaoundé, à la signature des conventions avec des partenaires financiers, en présence du Dr Taïga, ministre de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales (Minepia), par ailleurs président du comité de pilotage dudit projet.

L’on retient qu’une dizaine d’établissements de micro finance (EMF) ainsi que deux banques commerciales sont impliquées dans ce projet d’envergure.

Comme institutions bancaires, il y a la Bicec et Afriland First Bank. Pour ce qui est des EMF, l’on compte notamment Express union, People finance, le Crédit du Sahel, Figec, Cecil, Ric, CCCP. Il est question pour eux d’apporter leur contribution financière sous forme de crédits aux différents producteurs.

L’on retient également que les discussions entre le Prodel et les institutions financières ont débuté au mois de septembre par l’entremise d’un consultant recruté à cet effet. Pour le Dr Taïga, cette autre rencontre avec les partenaires financiers est la preuve de la ferme détermination du gouvernement à poursuivre les actions engagées pour améliorer la production dans le secteur de l’élevage, des pêches et des industries animales.

L’on retient qu’à travers les actions du Prodel, le Minepia vise l’accroissement de la part des investisseurs privés et d’origine bancaire dans le secteur. Il est notamment question de moderniser le secteur et le rendre plus rentable. Pour ce faire, le gouvernement camerounais avait déjà sollicité des financements à la hauteur du projet. En effet, une enveloppe de 100 millions de dollars US soit environ 60 milliards de F a été débloquée conjointement avec son partenaire financier et technique, la Banque mondiale.

D’après le Minepia, ces fonds iront essentiellement aux producteurs et pasteurs, de même qu’aux femmes et jeunes affectés par les problèmes de pauvreté. Il assure qu’il est davantage question de produire et trouver des marchés afin que ce projet soit pragmatique, avec des résultats probants. Quatre composantes sont au coeur du programme.

Il s’agit de l’amélioration de l’accès et de la fourniture des services d’élevage, l’amélioration de la productivité des systèmes de production pastorale, l’accès au marché et la résilience des communautés pastorales, ainsi qu’un appui au développement des chaînes de valeurs. L’on note également que le Prodel, qui s’étend sur six ans, a déjà été lancé dans les dix régions du pays.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter