Responsive image

«Il est important que la jeunesse fasse preuve de discernement»

Societe
Yvette MBASSI-BIKELE | 09-02-2018 06:30

  Mounouna Foutsou,  Ministre de la Jeunesse et de l’Education civique.

Monsieur le mministre, cette année vous avez innové avec le concept la « Onzaine de la jeunesse ». En quoi consiste-t-il exactement ?

L’institution de la «Onzaine de la Jeunesse » répond à une double doléance. Celle des jeunes et des Associations et Mouvements de jeunesse, mais aussi celle des partenaires au développement, des entreprises citoyennes et des organisations de la Société Civile (OSC) qui rencontraient des difficultés à mettre convenablement en œuvre leurs stratégies dans le délai imparti de la « Semaine de la jeunesse ». L’extension de la période des manifestations liées à la Fête de la Jeunesse a pour objectif d’amplifier la visibilité et la lisibilité des initiatives jeunesse. Ce grand moment d’activités est une occasion de mettre en vitrine et de donner les possibilités au maximum de personnes d’apprécier les réalisations des jeunes, avec pour certains, des talents insoupçonnés qu’il convient d’encourager. Et vous le savez mieux que moi, pendant cette période précédant la célébration de la Fête de la Jeunesse, la nation toute entière consacre une attention particulière à la jeunesse avec comme temps fort, l’adresse du Chef de l’Etat aux jeunes. La « Onzaine de la Jeunesse » donne également aux partenaires institutionnels formels une occasion idoine de mettre un accent particulier à l’animation des activités post et périscolaires. Les institutions d’encadrement extrascolaires et leurs apprenants en profitent aussi pour présenter et proposer aux autres jeunes et à la communauté nationale, aux partenaires, aux professionnels, et aux promoteurs économiques, leur génie créateur et leur savoir-faire.
Ce nouveau concept qui et mis en œuvre dès cette année est pensé comme un véritable projet éducatif qui s’articule autour de trois grands axes majeurs présentés sous forme de parcours. Le premier est focalisé sur l’information et les connaissances, le savoir, le deuxième parcours quant à lui est organisé autour du changement d’attitude, le savoir-être et enfin celui centré sur le projet à réaliser, le savoir-faire. Cette innovation majeure entend se poser comme un temps fort consacrant la pleine participation des jeunes, mais également un moment ultime de démonstration et de mise en exergue des potentialités et talents jeunes.
La «Onzaine de la Jeunesse » qui va du 1er au 11 février fixe donc le cadre spatio-temporel de la tenue des manifestations marquant la célébration de la Fête de la jeunesse. C’est une innovation qui a suscité l’intérêt de la jeunesse camerounaise de la diaspora. Nous avons été agréablement surpris de constater qu’elle se soit mobilisée autour des autorités consulaires camerounaise aux Etats-Unis où nous avons eu le bonheur d’inaugurer, pour la première fois, le lancement solennel des manifestations relatives à la Fête de la Jeunesse sur le plan international le 01 février 2018. Quelques jours avant le lancement officiel effectué que le plan national dans la localité de Yingui. 

Dans ce cadre, un village jeunesse a été créé au Musée national à Yaoundé. A quelles attentes cet espace était-il censé répondre ?

Si vous avez été au « Musée national, l’an dernier à la même période, vous auriez constaté que le « Village jeunesse » est un lieu unique qui permet de développer un maximum d’activités de sensibilisation, de brassage, d’échanges, d’information, de formation et d’intermédiation en faveur de toutes les franges de jeunes pendant la « Onzaine de la jeunesse ». C’est aussi un espace festif et participatif dans lequel les actions menées par l’Etat en faveur des jeunes sont valorisés et présentés au public. Cela se fait sur l’étendue du territoire national en fonction des réalités locales. De manière concrète, ce village abrite les activités organisées en quatre pôles. Vous trouverez le salon de l’entrepreneuriat jeunesse qui propose l’ensemble des solutions et appuis des pouvoirs publics ainsi que du secteur privé en faveur des jeunes dans le volet entrepreneurial. Le salon de l’entrepreneuriat jeunesse est articulé d’un espace business challenge, d’une foire promotionnelle des initiatives et de la créativité des jeunes et du salon des opportunités socio-économiques en faveur des jeunes et les activités socio-culturelles. Le second pôle est celui des échanges socio-éducatifs. Il s’agit d’un ensemble d’activités de réflexion, d’information et de communications. Vous conviendrez avec moi que la question des migrants vendus comme des esclaves en Libye est d’une actualité prégnantes, aussi il est prévu dans le programme une classe foraine sur les questions de l’immigration clandestine. Dans la même lancée, deux tables rondes sont programmées. L’une mettra l’accent sur le thème de cette édition à savoir : « Jeunesse, Multiculturalisme, Paix et Unité nationale ». Cet atelier va également servir de plateforme de restitution des travaux de deux rencontres internationales sur les préoccupations des jeunes. Le troisième pôle est constitué des activités de citoyenneté et de la promotion de l’intégration nationale.
Autre pôle, celui des activités de promotion de l’engagement volontaire. Pour l’essentiel, ces activités sont composées d’une opération de don du sang, d’une foire exposition des œuvres de volontariats, d’une opération de salubrité et d’aménagement environnemental ainsi que de sessions de formation. C’est un vaste programme qui permet davantage de promouvoir le volontariat et ses nombreux avantages au sein de la population jeune de notre pays. Le pôle réservé aux des activités socio-culturelles regroupe l’animation culturelle permanente du village jeunesse à travers des prestations artistiques diverses, les soirées d’animation culturelle sous forme de challenge inter établissements, l’organisation des kermesses et autres attractions diverses. Il est aussi important de souligner qu’une session de formation des Jeunes parlementaires dans le cadre de l’initiative « Parlement jeunesse » se tiendra au Village Jeunesse. C’est également dans les jardins du Musée national que les jeunes qui se sont distingués au cours de l’année écoulée se verront remettre des prix d’excellence au cours de la soirée éponyme. Cette séquence de distinction sera suivie d’une opération de collecte de fonds en faveur des jeunes porteurs d’initiatives et à l’insertion des jeunes revenus de Libye. Enfin, c’est dans le Village Jeunesse que les jeunes écouteront le message du chef de l’Etat à l’endroit de la jeunesse le 10 février.

Pouvez-vous en faire déjà une première évaluation ?

Je sors d’une visite du village aujourd’hui. A l’issue de mon tour, je dois exprimer ma satisfaction. Je suis même tenté de dire que pour un coup d’essai, la « Onzaine de la jeunesse » est en passe d’être un coup de maître. Rendu à mi-parcours, les résultats obtenus sont satisfaisant en termes d’occupation des stands et de fréquentation du site. Le premier motif de satisfaction est que le Village jeunesse a ouvert ses portes à temps selon le programme déterminé à l’avance. Des visiteurs ont confié avoir l’embarras du choix pour ce qui est des ateliers. Pour la plupart, ils parcourent l’essentiel des ateliers et vont par la suite s’orienter vers les pôles qui focalisent leurs intérêts. Le deuxième motif de satisfaction est la participation enthousiaste des partenaires qui y déploient au quotidien leurs savoir-faire pour captiver l’attention de la jeunesse et leur apporter l’information, le message adapté à leurs besoins. Le troisième motif de satisfaction, ce sont les jeunes eux-mêmes qui s’investissent dans les divers ateliers. Ils s’approprient le concept de la « Onzaine de la Jeunesse » et lui donnent corps dans sa philosophie première : onze jours d’activités par les jeunes et pour les jeunes. 

Sur le site, l’on est émerveillé par les initiatives et la créativité de cette frange de la population. En même temps, l’on note aussi chez elle comme un essoufflement. Qu’est-ce qui constitue un frein au décollage de certains projets pourtant apparemment porteurs ? 

Je me réjouis que vous de la presse avez fait le tour du village de la jeunesse avec moi. Cela vous a permis de témoigner le sens d’initiative et de créativité trop élevé de cette cible. Il y a du potentiel chez nous. Cela me fait dire que le Cameroun a l’une des jeunesses la plus créative au monde. Vous n’avez qu’à vous référer à tout ce qu’elle crée. Je ne voudrais pas citer des noms de peur de frustrer certains tellement ils sont nombreux. Pendant notre visite, nous avons demandé aux promoteurs de ces multiples activités de ne pas se limiter à la création mais d’en faire de véritables modèles économiques. Et comme vous-même l’avez constaté, ce sont effectivement des projets porteurs. Le décollage très lent de certains est dû à un ensemble de facteurs. Je citerais la mauvaise orientation des jeunes, l’absence des mentors et des incubateurs, bref, il manque souvent un bon coaching aux porteurs de projets pour leur autonomisation. C’est la raison pour laquelle dans le Plan triennal « spécial-jeunes », tout cela a été pris en compte pour que tous ces désidératas trouvent solution. 

Le Plan triennal spécial jeunes apparaît comme une bouée de sauvetage pour bien des jeunes.  Quelles sont les perspectives après le financement des 2150 premiers projets ?

Comme vous le savez déjà, le Plan triennal « spécial-jeunes », doté d’une enveloppe de cent deux milliards a pour objectif d’intensifier l’éducation civique et l’insertion sociale et économique des jeunes à travers leur mobilisation, leur formation civique et entrepreneuriale, leur emploi ou leur installation en unités de production et de services. Il est question au bout de trois ans, de sensibiliser 1.500.000 jeunes, de les mobiliser afin de les orienter vers des guichets correspondant à leurs besoins. C’est un véritable cadeau d’anniversaire du chef de l’Etat son excellence Paul Biya à la jeunesse. Cette année 2018 marque l’année où ce plan devrait atteindre sa vitesse de croisière. Donc les 2150 projets financés dans le compte de la première cuvée de 2017 auxquels vous faites allusion n’est qu’un début. Vous êtes sans ignorer que l’Observatoire national de la jeunesse a mobilisé plus de 500 mille jeunes lors de la première année de sa mise en œuvre. Les jeunes continuent à s’inscrire et attendent d’être orientés, et c’est la tâche à laquelle nos services s’attèlent au quotidien. Je voudrais rassurer les jeunes que le président de la République qui tient toujours parole attache du prix au suivi strict de ce Plan.

Relativement aux célébrations de cette année, vous parlez beaucoup de citoyenneté, d’intégration nationale et de vivre ensemble. Quel peut-être l’apport des jeunes dans ce contexte ? 

La 52ème édition de la Fête de la jeunesse camerounaise se situe dans un contexte constitué de plusieurs éléments. Nous avons tous été indignés par les atrocités infligées aux migrants par les trafiquants d’êtres humains en Lybie. De nombreux jeunes compatriotes ont été tirés de ce que certains ont qualifié « de l’enfer libyen » par le concours du gouvernement. Un gouvernement, qui s’échine à réduire à néant, l’insécurité aux frontières marquée par la persistance des attaques terroristes dans la région de l’Extrême-nord et les enlèvements dans la région de l’Est. L’exploitation des jeunes et spécifiquement des jeunes filles comme kamikazes reste une des stratégies utilisées par ces hors-la-loi suffisamment mis en déroute par nos forces de défense et de sécurité. Dans le même temps, dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les menaces à la paix, à l’unité et à la cohésion sociale persistent. L’évocation succincte des questions sécuritaires ne doit pas occulter les enjeux que charrient la tenue des échéances électorales au cours de cette année 2018, tout comme les préparatifs de l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations de Football masculin qui se tiendra au Cameroun en 2019. Deux événements de haute importante qui convoquent une participation considérable de la jeunesse. Cette jeunesse qui est par ailleurs engagée et sera particulièrement observée dans le cadre des opérations de renouvellement des organes dirigeants du Conseil national de la jeunesse au cours de cette même année. Vous constatez que dans ces différentes situations, la jeunesse est au cœur des interpellations. Il faut accentuer la sensibilisation pour que les jeunes qui seraient tentés de céder aux sirènes du terrorisme dans les régions de l’Extrême-Nord et de l’Est sachent qu’ils ne peuvent se projeter positivement que dans un univers paisible. Il en est de même pour les jeunes des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Dans son discours de fin d’année, le 31 décembre 2017, le Chef de l’Etat a clairement laissé entendre que cette année sera ponctuée par des échéances électorales. Vous vous doutez bien que les jeunes sont un centre d’intérêt pour les acteurs politiques de tout bord. Et il est important qu’ils fassent preuve de discernement, de tolérance et d’acceptation de la divergence d’opinion, tel que l’exige les règles du jeu  démocratique.

 

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter