Responsive image

Institut national de la statistique : priorité à la production des données

Economie
Michèle FOGANG | 15-02-2018 06:00

C’est l’un des défis que s’est fixé la structure dont le directeur général a esquissé les grandes lignes lors de la réunion annuelle des responsables ouverte mardi dernier à Yaoundé.

2017 pour l’Institut national de la statistique (Ins) a été difficile, du point de vue financier, compte tenu des contraintes budgétaires que connaît le Cameroun. Cependant, d’après Joseph Tedou, son directeur général, cela n’a pas empêché à l’institution de réaliser sa feuille de route.

Au compteur, la mise à disposition des partenaires du pays, des données sur la situation sociale et les questions de pauvreté, les données économiques notamment sur les comptes nationaux. Lesquelles ont permis d’apprécier les efforts du pays en matière de croissance économique.

Concernant la gouvernance, l’institution a poursuivi avec la production des comptes   administratifs et les comptes de gestion.

Elle a en outre conçu un site Internet pour permettre au public de télécharger et exploiter facilement les données qu’elle publie. Afin de mieux se projeter dans la nouvelle année qui prend progressivement son envol, l’institut a marqué un temps pour évaluer le chemin parcouru et tracer une nouvelle ligne directive.

D’où la réunion annuelle des responsables des services centraux et déconcentrés de la structure qui s’est ouverte mardi à Yaoundé sous la présidence de Joseph Tedou.

Ainsi, l’institution doit braver les diverses contraintes pour faire face aux défis qui lui incombent en 2018 à savoir : la poursuite de la production des données statistiques, le respect des engagements que le pays a pris envers ses partenaires dans le cadre de ses différents programmes notamment celui avec le Fmi.

Afin de mieux s’imprégner des orientations pour une meilleure exécution du projet de performance en 2018, les participants ont suivi trois exposés sur les thèmes tels que l’évaluation de l’activité de suivi de l’inflation dans les 10 régions du Cameroun et le cahier de charges des agences régionales.

 

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

« La loi était devenue obsolète »

Economie
Josy MAUGER | 16-07-2018 10:22 | 0 0

   Sophie Mbenoun, directeur de la formation et de l’orientation professionnelle au Minefop.

Le chef de l'Etat vient de promulguer la loi régissant la formation professionnelle au Cameroun. Qu'est-ce qui justifie ce nouveau dispositif ?
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter