Triste et révoltant

24 heures
Simon Pierre ETOUNDI | 19-02-2018 12:33

Regard

Le week-end dernier a été particulièrement meurtrier dans la capitale du Cameroun. Le bilan de plusieurs accidents de la circulation est lourd : 9 morts au moment où nous mettions sous presse. Dans de nombreuses familles, c’est la désolation et l’incertitude du lendemain avec le départ d’êtres chers. Même pour ceux qui ne sont pas directement concernés par les morts du week-end dernier ne peuvent pas s’empêcher d’être tristes tant, les circonstances des accidents survenus parfois au coeur même de la ville étaient violentes et choquantes. Au quartier Eleveurs par exemple, c’est un père de famille qui a péri au volant de sa voiture stationnée en attente d’un proche.

Au niveau des Brasseries du Cameroun, plusieurs membres d’une seule famille ont succombé, dont une future mariée en route justement vers ses noces. Au quartier Nkomo, c’est une jeune collégienne qui a été fauchée par un véhicule samedi dernier sur le chemin de l’école.

Le film de ces morts en séries a meublé le week-end des « Yaoundéens » sur les réseaux sociaux sans qu’ils n’aient a priori le pouvoir d’y changer quoi que ce soit. Une profonde tristesse s’est alors emparée des populations de la capitale. Mais cette tristesse interpelle. On aurait- pu éviter de tout cela …

En effet, la fatalité et le destin sont une chose. L’insouciance, l’indiscipline et l’incivisme de certains citoyens en sont une autre. Ainsi, les morts du week-end dernier sont principalement imputables à l’action humaine. Plusieurs des accidents survenus ont impliqué des gros porteurs dont la circulation dans le périmètre urbain à certaines heures est pourtant règlementée. Dans certains cas, ils n’auraient pas dû être là. Dans d’autres, ils pouvaient circuler.

Mais pour qui observe le comportement des poids lourds sur les routes, leur responsabilité directe dans de nombreux accidents est constante. Ce fut donc le cas le week-end dernier à Yaoundé. Vivement que les chauffeurs de ce type d’engins prennent la mesure du danger que leur comportement fait courir aux autres usagers.

D’une façon générale, c’est le comportement général des usagers de la route qui est à blâmer. Certes certains font encore leur deuil, mais il n’est jamais assez tôt pour rappeler à tous que la prudence est le maître-mot sur les routes. Il est en tout cas révoltant d’observer la désinvolture des citoyens sur les routes. Chauffeurs et piétons ne font que peu de cas du code de la route.

Dans certaines situations chaussées et trottoirs se confondent. Par ailleurs, l’état des véhicules en circulation laisse très souvent à désirer. Il n’y a dès lors rien d’étonnant que le moindre accrochage sur la route ne provoque de graves dégâts. Le comble c’est que l’incivisme et l’indiscipline se déploient impunément. Pourtant pour le bien de tous, il serait temps que les imprudents et les indisciplinés soient sanctionnés. La route ne tue pas …

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter