Responsive image

« Nous demandons la prudence et le respect du code de la route »

24 heures
Monica NKODO | 19-02-2018 12:33

L'explication

Adamou Baba, commissaire de police, commandant du Groupement régional de la voie publique et circulation du Centre.

Le week-end a été particulièrement difficile pour nombre de familles endeuillées par trois accidents. Comment votre unité s’estelle déployée sur le terrain de ces différents lieux de drame ?

Hier soir (Ndlr : vendredi soir) nous avons été prévenus d’un grave accident de la circulation qui s’est déroulé au lieu-dit Brasseries entre un camion plateau qui portait des planches et une Toyota Prado. Tout de suite nous sommes descendus sur les lieux et nous avons trouvé le drame. Il a fallu l’intervention des sapeurs-pompiers pour évacuer les victimes. Quatre décès et un blessé grave ont été répertoriés sur les lieux. Le chauffeur du camion est dans nos chambres de sûreté pour le besoin d’enquête. Il est en train d’être auditionné. La veille (Ndlr : jeudi), il y a eu un autre cas d’accident mortel au quartier Eleveur où un camion benne est allé percuter des voitures et terminer sa course folle dans une boulangerie. Ceci est le résultat d’une négligence du conducteur. D’ailleurs, ledit chauffeur d’Eleveur a déjà été rattrapé. Ce matin (Ndlr : samedi dernier) nous avons enregistré un autre cas d’accident mortel à Nkomo. La Gendarmerie a constaté cet accident, car elle était sur les lieux avant nous.

Des gros porteurs ont été impliqués dans ces accidents. Est-ce à dire que dans les trois cas leurs conducteurs sont les principaux fautifs ?

Les accidents ne sont pas toujours provoqués que par les gros porteurs. Vous pouvez être un petit porteur et provoquer un grave accident. Les gros et les petits porteurs ont les mêmes droits sur la voie publique. Il faut que les usagers soient prudents. La plupart des accidents enregistrés depuis la fin de l’année jusqu’à ce jour sont des accidents dus à l’indiscipline routière : excès de vitesse, imprudence, non-respect du code de la route. Vous sortez d’une route secondaire, et puis vous voulez vous engager sur une route de grande circulation, il faut observer, contrôler, surveiller, se rassurer. Les panneaux et les traits de signalisation disposés par l’administration ne sont pas des fantaisies. Une ligne blanche continue parle, s’exprime, et doit être respectée. Une minute de non-respect de cette ligne cause des années de souffrances.

Le non-respect du code était-il en cause dans ces différents drames du week-end ?

Notre unité qui fonctionne 24h/24 avec des éléments décentralisés dans tous les arrondissements de Yaoundé, travaille en synergie avec les unités de sécurité publique, mais aussi avec les usagers. C’est pourquoi je les invite à être très prudents et à respecter le code de la route, sinon c’est un drame, comme celui survenu aux Brasseries vendredi. La circulation était fluide à cet endroit, et il est donc difficile de comprendre pourquoi estce que les gens n’ont pas respecté le code de la route. Au niveau de cette bretelle sortant des Brasseries, il y a un panneau de signalisation « STOP » et des feux. Au moment des faits, le feu était passé à l’orange, ce qui signifie ralentissez, prudence, cédez la priorité.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter