Responsive image

Commandement militaire territorial: ce qui change

Politique
Jean Francis BELIBI | 23-02-2018 10:19

I - Les premiers changements concernent les unités de combat de l’armée de terre

1 – On passe de quatre à cinq régions militaires interarmées (RMIA)

A la faveur des textes signés mercredi dernier par le président de la République, la RMIA 2, qui a pour poste de commandement Douala est scindée en deux. Il convient de préciser, à la lumière des dispositions de l’article 2 du décret N°2001/180 du 25 juillet 2001 portant réorganisation du commandement militaire territorial que : « Les Régions militaires interarmées (RMIA) sont en charge du commandement, de l’administration, du soutien et de l’engagement des Forces de défense dans l’exécution de leurs missions permanentes et temporaires ». La RMIA 5, qui a vu le jour avant-hier a pour poste de commandement Bamenda et son ressort territorial couvre les régions du Nord- Ouest et de l’Ouest. Le commandant de cette nouvelle structure est le général de brigade Agha Robinson Ndong qui était jusque-là à la tête de la 22e Brigade d’infanterie motorisée (22e BRIM) avec pour poste de commandement Bamenda. A cette RMIA 5, correspond la 5e Région de gendarmerie (RG5) qui est placée sous le commandement du général de brigade Jules-César Essoh.

2 – Création de la 12e Brigade d’infanterie motorisée (12e BRIM)

La Brigade d'infanterie motorisée (BRIM) est une grande unité tactique de combat à l’intérieur d’une RMIA. La 12e BRIM, qui a son poste de commandement à Bertoua, et qui se trouve au sein de la RMIA 1, naît de la réorganisation de la 11e BRIM. Son nouveau commandant est le général de brigade Joseph Nouma.

3 – Création de la 51e Brigade d’infanterie motorisée (51e BRIM) Elle se trouve au sein de la RMIA 5, d’où son appellation, et son poste de commandement est à Bamenda. Elle naît des cendres de la 22e BRIM que dirigeait jusque-là le nouveau commandant de la RMIA 5. II – Les autres changements concernent l’armée de l’air ou de nouvelles structures sont créées au sein de certaines avec une multiplication de structures opérationelles. Il est également créé une école des métiers de l’armée de l’air qui est chargée de former les personnels navigants et non navigants spécialistes de l’armée de l’air. Elle est basée à Garoua. III – Sur le plan de la santé militaire L’on est passé à cinq régions de santé militaire. Chacune d’elle correspond à une région militaire interarmées. IV – S’agissant du Corps national de sapeurs-pompiers La naissance de la RMIA 5 a entraîné la création d’un nouveau groupement. C’est le 50e groupement de sapeurs-pompiers. Ainsi donc, à la RMIA 1, correspond le 10e groupement de sapeurs-pompiers, à la RMIA 2, le 20e groupement de sapeurs-pompiers ; à la RMIA 3, est accolé le 30e groupement de sapeurs-pompiers et à la RMIA 4 équivaut le 40e groupement.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

« La loi était devenue obsolète »

Economie
Josy MAUGER | 16-07-2018 10:22 | 0 0

   Sophie Mbenoun, directeur de la formation et de l’orientation professionnelle au Minefop.

Le chef de l'Etat vient de promulguer la loi régissant la formation professionnelle au Cameroun. Qu'est-ce qui justifie ce nouveau dispositif ?
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter