Responsive image

« La violence rend l’enfant insensible »

24 heures
Rabiyatou MANA | 23-02-2018 11:24

L'explication

Jacques Lagrâce Bessala, psychologue.

Qu’est-ce qui justifie la montée des mauvais comportements chez les enfants de nos jours?

De ma modeste expérience de thérapeute accompagnateur, les mauvais comportements chez les enfants de nos jours ont plusieurs causes. Les enfants d’aujourd’hui sont victimes des plusieurs violences : les violences parentales, ces femmes et hommes violentés, insultés, méprisés et battus en présence de leurs enfant. La violence des médias qui diffusent tout sans sélection préalable. Les enfants manquent ainsi de modèles pouvant les inspirer et susciter leur admiration. Ils ne sont pas écoutés et subissent parfois des frustrations au quotidien sans être apaisés. Les parents, encadreurs, tuteurs et éducateurs ne sont pas formés ni recyclés pour éduquer les enfants selon leurs vrais besoins affectifs de l’heure, leur vocation respective et non selon les projets des adultes.

Comment garder l’autorité des parents et des enseignants sur l’enfant sans utiliser les méthodes fortes ?

Il faut que tous, nous réapprenions à aimer nos enfants. C’est l’amour qui change et transforme merveilleusement les gens et surtout les enfants. Un amour exprimé à travers le langage qu’ils entendent et comprennent le mieux. Quand un enfant sent qu’il y a de l’amour dans l’autorité de son parent, de son enseignant ou de tout adulte, il obéit et n’en est pas affecté ou frustré. Nous aimons tous nos enfants, mais la plupart d’entre nous avons la difficulté de leur faire sentir qu’on les aime. Et c’est le plus important dans leur changement comportemental : leur faire sentir qu’on les aime.

Quels types de punitions conseillez-vous aux parents pour éviter toutes ces conséquences fâcheuses ?

Nous ne proscrivons pas les punitions de manière radicale surtout quand elles sont constructives et éducatives. Toute punition déshumanisante, humiliante qui ne tient pas compte de l’âge, de la nature, de la fragilité et de l’innocence de l’enfant est à proscrire ou à décourager. Mais à la place des punitions, l’on peut user des techniques d’extirpation comportementale telles : le silence, le calme, l’indifférence par rapport aux mauvais comportements et l’encouragement des bons. L’enseignant ou le parent pourra donc alors tuer les mauvais comportements en sachant encourager et récompenser les bons. Mais gardons tous que le plus important ici est de commencer assez tôt avec l’enfant dans son éducation, donc de ne pas attendre qu’il ait 8 ans pour l’entraîner dans la bonne conduite et des bons comportements. Et enfin, il faudra toujours penser à faire recours à aux spécialistes de la science du comportement quand on se sent dépassé.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

« La loi était devenue obsolète »

Economie
Josy MAUGER | 16-07-2018 10:22 | 0 0

   Sophie Mbenoun, directeur de la formation et de l’orientation professionnelle au Minefop.

Le chef de l'Etat vient de promulguer la loi régissant la formation professionnelle au Cameroun. Qu'est-ce qui justifie ce nouveau dispositif ?
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter