Un électorat à convaincre

24 heures
Simon Pierre ETOUNDI | 26-02-2018 14:08

Le Regard 

Le Social Democratic Front (SDF) s’est rappelé aux bons souvenirs de l’opinion publique camerounaise le week-end dernier. A la faveur de sa convention nationale, le principal parti politique de l’opposition camerounaise a occupé l’espace médiatique.

Il faut dire que cette rencontre du SDF était très attendue depuis que plusieurs personnalités du parti, avaient fait part de leur intention de briguer, ni plus ni moins que la présidence du Cameroun lors de la prochaine présidentielle.

Ces annonces auguraient dès lors d’une rencontre interne houleuse entre les différents courants au sein du SDF. L’intérêt autour des assises du parti était d’autant plus grand que pendant longtemps, son leader historique, Ni John Fru s’est fait discret sur sa participation à la prochaine présidentielle ou non.

Mais au bout du compte, John Fru Ndi s’est résolu à passer la main après plusieurs échecs. Le SDF s’est trouvé un nouveau porte-drapeau pour la présidentielle en la personne de Joshua Osih.

Le choix de ce cadre n’est pas vraiment une surprise puisque depuis longtemps, il était déjà une des têtes de proue du parti. L’un des cadres les plus « visibles » dans l’espace médiatique notamment, au point où certains de ses pourfendeurs au sein de son parti l’ont perfidement taxé de « candidat des médias ».

Toujours est-il que lors de sa convention, le SDF a laissé parler les délégués qui ont plébiscité Joshua Osih. Au-delà du choix de son candidat pour la prochaine présidentielle, le SDF a par ailleurs profité de sa convention, pour définir sa stratégie globale pour les prochaines élections.

Le parti a également procédé à une redistribution des cartes en son sein. Mais dans ce rayon, il n’y rien de nouveau sous le soleil, puisque le Chairman sortant a été reconduit, tout comme son premier vice-président. Au demeurant, une chose est de définir une stratégie et de choisir les hommes pour l’implémenter, une autre chose est d’atteindre ses objectifs. Désormais, le défi du SDF sera donc de convaincre l’électorat. Et ce n’est pas gagné d’avance.

Les résultats du parti lors des dernières consultations électorales (présidentielle, législatives, municipales et sénatoriales) ont mis en relief sa perte d’influence sur le plan national. Même dans les régions considérées comme ses bastions, le SDF est aujourd’hui loin de faire l’unanimité.

Il n’est pas certain qu’avec le contexte social crispé dans les régions du Nord-Ouest et du Sud- Ouest, que le vent soit plus favorable au Social Democratic Front.

Les militants du SDF ont donc résolument du pain sur la planche. S’ils ont affiché une relative unité du parti le week-end dernier, il faudra présenter des gages plus solides à l’électorat national pour exister. Affaire à suivre…

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter