Climat: ces pluies qui sèment la confusion

24 heures
Marie Christine NGONO | 28-02-2018 10:31

Les faits

De plus en plus abondantes en ce mois de février, elles sont à l’origine d’inondations qui entraînent des conséquences graves.

Les populations de Yaoundé ont été bien arrosées par une pluie diluvienne lundi. Une forte précipitation qui s’est invitée sans crier gare en fin d’après midi causant au passage des inondations notamment sur l’axe principal de l’avenue Kennedy, transformé en une grande rivière.

Pendant plus de cinq heures, le centre ville et certains quartiers environnants ont connu la fureur des eaux. Sur un lotissement du centre ville, un petit cours d’eau a rapidement grossi, avant de faire céder un mur, l’eau à l’image d’un torrent a tout emporté sur son passage balayant les terrasses et les rez-de-chaussée. Sur les lieux, de l’eau jusqu’aux cuisses, plusieurs commerçants ont dû abandonner leur boutiques et certains automobilistes, leurs véhicules.

Enfermée dans sa voiture, Alvine Eyamoh, a été prise au piège par la montée des eaux jusqu’à un mètre de hauteur. Elle a dû très vite abandonner sa voiture pour s’abriter dans une boutique du coin. La pluie torrentielle n’a épargné aucune boutique se trouvant au rezde- chaussée des deux côtés de la route dans cet espace commercial.

Hier matin, l’heure était au grand ménage. Balai et serpillière à la main, chacun y allait de son astuce pour se débarrasser de la boue et des déchets et récupérer certaines marchandises. « Tous les appareils électro ménagers sont foutus. L’eau a envahi toute la boutique », se lamente un commerçant. « Chaque fois qu’il pleut, c’est l’inquiétude qui s’installe.

Les maisons et les routes sont inondées. C’est la galère ! », poursuit un commerçant. Certains automobilistes rencontrés hier matin ont pris d’assaut les garages afin de dépanner leurs véhicules. « Tous les sièges et le moteur sont trempés », déplore Alamine S, un propriétaire.

Ici tout le monde est unanime sur un point : « Le manque d’entretien des égouts et des caniveaux de cette zone est propice aux inondations depuis belle lurette. « Ça a toujours été comme ça à l’Avenue Kennedy à chaque fois qu’il pleut.

On a cru que c’était le déluge », poursuit notre interlocuteur. Une situation qui touche aussi depuis quelques semaines certaines parties du pays, notamment dans la Lékié, le Sud-Ouest et le Nord-Ouest. Où les populations de ces zones ont vu les toitures de leurs habitations s’arracher par les pluies diluviennes.

Ce retour tonitruant des pluies étonne surtout qu’elles sont censées commencer en mars. Leur intensité inquiète les populations puisqu’elles s’accompagnent de nombreux dégâts matériels. Et du coup, les agriculteurs se posent des questions sur les semis car, la plupart n’a pas eu le temps de nettoyer leurs plantations. Un vrai dilemme surtout que la fin de ces averses est incertaine.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

10 commentaire(s)

    1 a écrit le 2018/06/19 07:54:56 :
    vega
    1 a écrit le 2018/06/19 07:54:56 :
    vega
    1 a écrit le 2018/06/19 07:54:56 :
    vega
    1 a écrit le 2018/06/19 07:54:56 :
    vega
    1 a écrit le 2018/06/19 07:54:56 :
    vega
    1 a écrit le 2018/06/19 07:54:56 :
    vega
    1 a écrit le 2018/06/19 07:54:56 :
    vega
    1 a écrit le 2018/06/19 07:54:56 :
    vega
    1 a écrit le 2018/06/19 07:54:56 :
    vega
    1 a écrit le 2018/06/19 07:54:56 :
    vega

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter