Responsive image

Sénatoriales 2018: L’argent, le nerf de la.. campagne

Politique
MESSI BALA | 01-03-2018 04:50

 Les partis politiques réfléchissent aux dépenses incompressibles (voyages, production des documents de propagande, location d’espaces), en attendant les financements publics.

La campagne électorale en vue de l’élection des sénateurs de la deuxième législature démarre le 10 mars 2018, c’est-à-dire en fin de semaine prochaine. Mais déjà, les partis politiques ayant déposé des dossiers de candidatures à Elections Cameroon (Elecam) réfléchissent aux modalités pour se déployer sur le terrain.

C’est vrai qu’entre périples pour rencontrer les conseillers municipaux, production des documents de propagande, location d’espaces de réunions, libations, etc., les candidats feront face à plusieurs dépenses incompressibles.

En attendant non seulement la publication par le Conseil électoral des listes des candidats appelés à concourir effectivement ainsi que le virement par l’Etat des financements publics dédiés à cet effet, certaines formations politiques travaillent depuis à rassembler des fonds.

« La collecte des moyens logistiques, matériels et financiers se fait de manière endogène car les déplacements, de village en village, de ville en ville, requièrent des moyens adéquats», souligne le Pr Jacques Fame Ndongo, secrétaire à la communication du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC).

Pour l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (UNDP), ce n’est pas un hasard si ce parti présente des candidats dans toutes les dix régions. « Les sénatoriales sont une élection que nous avons préparée et l’UNDP a les ressources humaines et financières nécessaires pour aller à ce scrutin», indique Maidadi Saidou, membre du Bureau politique de ce parti. Certains partis politiques attendent les financements publics.

Côté Elecam, dans une interview télévisée, le directeur général des Elections a précisé lundi dernier attendre aussi le résultat des délibérations du Conseil électoral. Celles-ci conditionnent en effet la fabrication du matériel électoral (les bulletins de vote, les bulletins de campagne, fiches de pointage…).

En plus de cela et conformément à la loi n°2012/001 du 19 avril 2012 portant code électoral modifiée et complétée par la loi n°2012/017 du 21 décembre 2012, Elecam doit prendre en charge le déplacement des conseillers municipaux vers les chefs-lieux de départements où auront lieu le vote.

L’article 227, alinéa 4 stipule en effet que « L'État prend en charge les frais afférents à la participation des membres du collège électoral au scrutin suivant les modalités fixées par voie réglementaire ». En 2013, chaque conseiller municipal a reçu 50 000F d’Elecam pour le compte de cette rubrique.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter