Responsive image

«Les pluies nous empêchent de travailler»

Economie
Aïcha NSANGOU | 02-03-2018 10:37

  Denis Nguetcho, Chef de la mission de contrôle Pady 2.

La construction du dalot au niveau du lieudit Sofavinc devait être achevée au 28 février 2018, que s’est-il passé?

Ces travaux font partie de l’ensemble des travaux d’assainissement de la ville de Yaoundé et c’est le dernier ouvrage que nous avions à construire dans le cadre de ce lot. Nous savions que nous devions être en pleine saison sèche mais le climat a changé et depuis bientôt deux semaines, il pleut tous les jours. Les supports sont construits, les pieds droits sont construits, le tablier est lancé. Il était question d’achever les travaux sur le tablier, de faire les remblais d’accès et de faire des essais nécessaires, s’assurer que l’ouvrage n’a aucun souci et ouvrir la circulation. Les pluies ne nous laissent pas travailler.

Le Pady va régler de manière considérable le problème d’inondations dans la ville de Yaoundé, mais les populations ne semblent pas vous faciliter la tâche…

Le projet a trois composantes. En plus des deux premiers lots qui se résument aux travaux, il y a un troisième lot qui est celui de la sensibilisation des populations. C’est une autre équipe d’experts qui s’en occupe et il est question de déterminer des zones où on peut mettre des bacs à ordures, discipliner les gens pour qu’ils ne jettent plus les ordures n’importe où. Le problème qu’il y a c’est que le canal est construit pour drainer de l’eau et non les ordures. Or les yaoundéens aujourd’hui ont la mauvaise manie de tout déverser dans le canal. Dans la première phase du Pady, on  a mis en place des outils pour arrêter les ordures et c’est la catastrophe. Ce sont des bouteilles plastiques, des ordures qui circulent dans nos cours d’eau et tout ça vient obstruer le canal de l’eau ce qui crée des inondations.

Certains habitants se plaignent que ces travaux créent des inondations dans les quartiers…

Les travaux créent en effet des désagréments parce que nous n’avons pas encore achevé le chantier. Il arrive qu’on monte des barrages pour libérer les zones où nous devons intervenir et quand la pluie vient subitement, ça crée ces désagréments. Quand les travaux seront finis, quand tout sera ouvert l’eau va circuler normalement. Les canaux ont été dimensionnés par rapport aux pluies qu’on a à Yaoundé. Mais tant que les gens vont continuer à jeter les ordures dans le canal que nous avons construit, on n’aura pas résolu le problème des inondations. Il faut lutter contre l’incivisme.

 

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter