Responsive image

« Les mamans doivent se faire dépister »

24 heures
Sorèle GUEBEDIANG à BESSONG | 02-03-2018 10:53

L'explication

  Dr Sylvestre Fondjo, Médecin.

Les maladies du foie chez les enfants sont de plus présentes. Comment expliquer cela ?

Celles qui reviennent le plus souvent sont les ictères qui colorent les yeux et les urines en jaune. Cette récurrence chez les nouveau-nés s’explique par le fait que l’on rencontre de plus en plus des infections néonatales chez les femmes, d’où l’immaturation du foie pour remplir ses fonctions. Celles-ci consistent à voir métaboliser la plupart des nutriments absorbés par les intestins, leurs stockage, la fabrication des protéines et le nettoyage du sang en le débarrassant des médicaments, de l'alcool et des substances chimiques potentiellement nocives qu'il contient, et en traitant lesdites substances pour qu'elles puissent être excrétées par le système digestif ou l'appareil urinaire.

A quoi sont dues ces infections ?

Il y a plusieurs facteurs parmi lesquels l’automédication et les infections contractées par la mère. A cela s’ajoute les naissances prématurées. C’est pourquoi l’on conseille aux mamans de ne pas prendre de médicaments sans l’avis du médecin. L’automédication peut entraîner des conséquences fâcheuses sur le foie du bébé. C’est ce qui explique parfois la progression des ictères physiologiques qui se manifestent au bout d’une semaine de vie chez les enfants. Lors des consultations, l’on remarque que 15 à 20 % des enfants sont atteints de ces pathologies. Tout dépend du suivi de la grossesse de la mère au cours des consultations prénatales et de la prise en charge de l’accouchement qui doit se faire dans un espace approprié et  aseptique. Il faut éviter d’aller dans les centres de santé du quartier. C’est vrai que parfois, même quand on est bien suivi, on peut avoir des infections néonatales parce que la mère peut avoir une pathologie qu’elle transmet à l’enfant, à l’exemple de l’hépatite B qui est congénitale, et qui se manifeste plus chez le jeune enfant et l’adolescent.

Que faut-il faire pour les éviter ?

Nous conseillons aux mères de se faire dépister et lorsqu’on n’est déclaré négatif, il faut se faire vacciner contre l’hépatite B avant de tomber enceinte. Ceci permet de protéger l’enfant contre la transmission transversale. Dès les premiers symptômes, la maman ne doit pas attendre et doit faire consulter l’enfant puisqu’il y a des cas sévères qui se détectent à travers des signes comme l’absence de la vitalité chez l’enfant, les pleurs et plus de coloration de la peau et des yeux.

 

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter