Responsive image

Candidatures: en attendant la publication des listes

Politique
Azize MBOHOU | 02-03-2018 11:00

 Dans les états-majors de formations politiques, la décision du Conseil électoral est redoutée.

Ce n’est pas encore la date butoir, pour ce qui est de la publication des listes de candidatures par le Conseil électoral. L’institution, à la lumière du Code électoral, pouvant aller jusqu’au 10 mars prochain. Mais, même conscientes de cet état de choses, les formations politiques semblent impatientes. D’autres redoutent que cette « sentence » ne réduise leurs chances d’engranger le maximum de sièges au Sénat.

« Vous savez ce que le RDPC a connu en 2013, lors de la première élection sénatoriale. Nos listes ont été disqualifiées dans deux régions. Pour un parti sérieux comme le nôtre, qui prend toutes les dispositions pour que des erreurs graves soient corrigées dans nos dossiers, ce n’est pas facile à digérer », relève l’un des conseillers auprès du Secrétaire général du Comité central de ce parti.

En clair, pour ce haut cadre du Rassemblement démocratique du peuple camerounais, la publication des listes par le Conseil électoral sera comme « le baromètre » des efforts consentis par ce parti pour constituer ses listes. Ce qui a été fait dans toutes les dix régions du pays.

Les sénatoriales, pour l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (UNDP), c’est « une élection minutieusement préparée. »  Ici, on est sûr de « faire les résultats », car, selon Maidadi Saidou, membre du Bureau politique du parti, le premier défi a été révélé : celui de pouvoir constituer et de présenter les listes dans toutes les dix régions.

Mais, le parti craint que la publication des listes par le Conseil électoral ne révèle des annulations dans certaines régions. Pour Maidadi Saidou, tête de liste UNDP dans la région du Nord, « ce serait une méthode pour nous empêcher de tutoyer le RDPC. » Et le Social Democratic Front alors ? Souhaite-t-il la disqualification des listes RDPC pour bénéficier encore des consignes comme en 2013 à l’Ouest ? Le Secrétaire général de ce parti, le sénateur sortant Jean Tsomelou, dit « ne faire aucun commentaire ».

C’est dans une ambiance de tristesse, nous confie ce cadre du SDF, que le parti va connaître de la publication de ces listes. La raison ? « La résidence du chairman Ni John Fru Ndi, a été attaquée par des personnes inconnues, qui y ont mis le feu », révèle-t-il.

Dans d’autres formations politiques, c’est avec sérénité qu’on attend la publication des listes. L’Union démocratique du Cameroun (UDC) dit avoir mis toutes les chances de son côté, pour ne plus être victime de la « consigne du RDPC en faveur du SDF comme ce fut le cas en 2013 à l’Ouest ». Ceci au cas où…

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

« La loi était devenue obsolète »

Economie
Josy MAUGER | 16-07-2018 10:22 | 0 0

   Sophie Mbenoun, directeur de la formation et de l’orientation professionnelle au Minefop.

Le chef de l'Etat vient de promulguer la loi régissant la formation professionnelle au Cameroun. Qu'est-ce qui justifie ce nouveau dispositif ?
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter