Quatrième région de gendarmerie : le général Louba Zal en poste

Politique
Grégoire DJARMAILA | 05-03-2018 13:40

Le Mindef a instruit le nouveau commandant de veiller à ce que le lien sacré armée-nation ne soit pas altéré par des comportements peu orthodoxes des gendarmes.

Au moment de la  prise de commandement du nouveau commandant de la quatrième région de gendarmerie de Maroua (RG4), un constat se dégage : la vie reprend progressivement son cours normal dans les localités frontalières avec le Nigeria en général et dans la ville de Maroua en particulier.

Pour en rajouter à cette bonne nouvelle, les éléments de la Force multinationale mixte (FMM) séjournent depuis quelques jours au Nigeria pour « nettoyer » la célèbre forêt nigériane de Sambisa qui était il y a quelques mois le sanctuaire de Boko Haram.

C’est donc dans ce contexte de relative accalmie que le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense, Joseph Beti Assomo a procédé vendredi dernier à Maroua à l’installation du général de brigade Pierre Louba Zal à la tête de la quatrième région de gendarmerie (RG4).

Pour mener à bien ses missions, le général de brigade Pierre Louba Zal n’a plus besoin d’un cours de géographie sur la région de l’Extrême-Nord. Lui qui a été,  il y a quelques années,  commandant de la légion de gendarmerie de cette région.

Mais lors de son premier séjour dans cette région, les opérateurs de la criminalité avaient pour nom de code «coupeurs de route ». Aujourd’hui, et depuis quelques années, le péril sécuritaire a changé de nature.

La région fait face depuis 2014 à des attaques terroristes perpétrées par les éléments de la secte terroriste Boko Haram. Grâce à des mesures énergiques prises par le chef de l’Etat,  chef des armées, l’ennemi affiche des signes d’essoufflement.

Même si Boko Haram a commencé à vaciller et à chanceler,  Joseph Beti Assomo a demandé au nouveau commandant de la RG4 de maintenir une veille de tous les instants.

Avec la réouverture de la frontière entre le Cameroun et la République fédérale du Nigeria, le Mindef prescrit au ComRG4 d’assurer la sécurisation des axes et entrées et particulièrement des frontières dans les zones où le desserrement de la frontière est en vigueur. Il devra également assurer le filtrage et la sécurisation des camps des réfugiés, les lieux de forte fréquentation humaine.

Joseph Beti Assomo  a par ailleurs invité le général Pierre Louba Zal à mettre ses éléments « au pas » et à « sanctionner sans faiblesse » toute dérive préjudiciable à l’image de la gendarmerie. Pour le Mindef, les comportements déviants des hommes en tenue ne doivent altérer le sacré lien Armée-Nation. Pour cela, le RG4 doit mener une guerre contre les comportements peu orthodoxes lors des contrôles routiers.

Joseph Beti Assomo a présenté le général de brigade Pierre Louba Zal comme « un  officier général bien connu de la gendarmerie, doté d’une très longue expérience professionnelle ». Agé de 58 ans, ce lauréat de l’Emia, promotion 1984 traîne une longue expérience dans le commandement territorial militaire.

Après une quinzaine d’années passées à la Garde présidentielle, il a été tour à tour, commandant de l’Ecole d’application des officiers de la gendarmerie nationale, commandant de la légion de gendarmerie du Nord, de l’Extrême-Nord du Centre et du Nord-Ouest.

Jusqu’à sa mutation le 21 février dernier à la tête de la RG4, il était commandant de la deuxième région de gendarmerie (RG2) à Douala. Il remplace à la tête de la RG4, le général de brigade Elias Toungue Elias muté à la RG2.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter