Responsive image

Desto dévoile son histoire de cœur

Culture
Sorèle GUEBEDIANG à BESSONG | 17-10-2016 06:39

Toujours fidèle à son rythme. Nkotti françois alias « Desto » l’est resté dans son nouveau tube de huit titres : « Ekwad’A Mulema » qui signifie en Douala l’histoire de cœur. Dans cette ballade musicale, l’artiste-musicien navigue entre le Makossa et l’Essewè. Adepte de la musique de danse, la cadence est au rendez-vous comme ce fut dans son album à succès « Retrait A Mbamba ». Un makossa pur que l’ancien des Black styl’s a concocté en ouverture dans le premier titre « Bélè Mo » (Appelle-le) où les guitares bass et solo donne une envie de danser. Pour calmer le jeu dans « Hommage », deuxième titre, le rythme est plus langoureux. On dirait du Zouk love pour témoigner son amour aux êtres chers disparus notamment sa maman.  Dans « Ekwad’A Mulema », le titre-phare est une sorte d’Essèwè. 
Un rappel-mémoire, tout un medley de ses morceaux à succès dans « Bélè mo Desto » (Appelez le Desto) une sorte de medley de ses chansons à succès. Pour les adeptes de la Foire musicale, artistique, industrielle et commerciale (Fomaric) créée en 1993 par l’artiste en vue de promouvoir la culture camerounaise, la plage 7 étale les activités de ce festival dans un rythme enlevé, une sorte de hip hop comme pour faire un clin d’œil à la jeunesse. Un espace culturel où tout le monde s’amuse sans distinction d’âge.
Pour la réalisation de cet opus, on retrouve Henry Landry et Arthur Manga à la guitare bass. A la guitare solo, Martin Oyono et Christian simplice mettent leur touche tout comme à la guitare rythmique à laquelle on retrouve le savoir-faire de Maurice Njoume. Aux chœurs, tout comme au lead vocal on savoure les voies mélodieuses de Nono Flavie, Gaelle Wondje, Srephanie Mpessan Babette, entre autres. Aux arrangements, on retrouve l’un des grands musiciens, François Missé Ngoh. Produit par le club Nkotti, l’album est d’un bon confort d’écoute. Preuve que le talent ne vieillit pas.
 

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

« La loi était devenue obsolète »

Economie
Josy MAUGER | 16-07-2018 10:22 | 0 0

   Sophie Mbenoun, directeur de la formation et de l’orientation professionnelle au Minefop.

Le chef de l'Etat vient de promulguer la loi régissant la formation professionnelle au Cameroun. Qu'est-ce qui justifie ce nouveau dispositif ?
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter