Responsive image

Extrême-Nord: le Mintp sur les chantiers routiers

Economie
Patrice MBOSSA | 06-03-2018 06:07

 Emmanuel Nganou Djoumessi est allé le 2 mars dernier visiter deux projets phares lancés il y a quelques mois.

Le chantier de réhabilitation de la route bitumée Maroua-Mora, longue de 61 km a été la première destination du ministre Emmanuel Nganou Djoumessi, des Travaux publics. Ici, les ouvrages lancés le 15 novembre 2017 avancent sans difficultés majeures. Les travaux de topographie préliminaire sont achevés ; de même que les terrassements.

L’entreprise contractante s’attèle actuellement aux travaux de décapage du terrain naturel et aux remblais d’emprunts. Les deux carrières ouvertes fonctionnent à plein régime. Le Mintp s’est félicité de l’enthousiasme des ouvriers tout au long du chantier.

Les échanges avec les responsables en charge des travaux lui ont permis d’apprécier des difficultés réelles susceptibles d’empêcher la livraison du chantier à temps.

Entre autres préoccupations soulevées par ses interlocuteurs, les lenteurs administratives dans la délivrance des autorisations exigibles, et le non déploiement d’un dispositif sécuritaire d’accompagnement des travaux.

Après le département du Mayo-Sava, le ministre a visité le chantier de bitumage de la route Maroua-Bogo, longue de 39 km. Ici, les travaux mécanisés lancés le 13 mars 2017 devraient être exécutés en 24 mois.

Pour l’heure, ils ne sont effectués qu’à près de 19%. Les principales réalisations du gros œuvre déjà palpables sont la construction des dalots, l’élagage et l’abattage des arbres, la démolition des ouvrages, les purges et le décapage de la terre végétale.

Des travaux qui, de l’avis des experts, s’avancent lentement, mais sûrement. Il est question, pour l’entreprise, de relever la couche de fondation et ouvrir les voies d’évacuation des eaux de telle sorte que la chaussée résiste aux inondations, véritables ennemies des infrastructures routières. 

Que ce soit sur le tronçon routier Maroua-Mora ou Maroua-Bogo, les riverains ont manifesté leur joie pour ces chantiers lancés par l’Etat camerounais, leur créant par là-même des emplois directs et indirects.

A côté de ces chantiers routiers, il est prescrit aux entreprises en charge des travaux, la mise en place des œuvres socio-éducatives telles que les forages d’eau potable, les dalles de séchage des produits agricoles, les salles de classes et leur équipement en tables-bancs.

Le ministre Emmanuel Nganou Djoumessi a promis que les pouvoirs publics ne ménageront aucun effort pour améliorer les conditions de vie des populations riveraines.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter