Un bon signal

International
Paul EBOA | 13-03-2018 09:48

Bulletin

La rencontre entre le président Uhuru Kenyatta et le leader de l’opposition, Raila Odinga remet au goût du jour le devoir de consolider la réconciliation nationale et la nécessité d’améliorer les conditions du vivre-ensemble au Kenya.

Dans ce pays considéré comme la locomotive de l’Afrique de l’Est, les divergences idéologiques et ethniques ont parfois une pris tournure inquiétante qui met à rude épreuve l’unité nationale et la cohésion sociale.

Ce fut encore le cas lors de la dernière élection présidentielle finalement remportée par le chef de l’Etat sortant, Uhuru Kenyatta,  avec 98 % des voix quoiqu’avec une faible participation de l’ordre de 39 %.

Le sort avait pourtant failli être favorable à l’opposition lorsque la Cour suprême avait annulé le scrutin présidentiel du 8 août 2017 pour des irrégularités constatées dans le circuit de transmission des résultats à la suite d’un recours introduit par l’opposition.

Ayant jugé les réformes du processus électoral insuffisantes, le candidat de l’opposition avait malheureusement  boycotté le scrutin présidentiel  du 26 octobre 2017 permettant ainsi au chef de l’Etat sortant, Uhuru Kenyatta, de se faire réélire avec 98 % quoiqu’avec une faible participation de l’ordre de 39 %.

Non seulement, Raila Odinga avait boycotté le scrutin présidentiel, mais aussi, il avait décidé de ne pas reconnaître la victoire du président  réélu. Qui plus est, il avait initié une campagne dite de « désobéissance civile » notamment marquée par sa  prestation de serment  comme le « président élu  » du Kenya. Odinga ne faisait pas non plus mystère de sa volonté de former un gouvernement parallèle.

La rencontre de vendredi met fin à tous ces égarements. Mieux, elle constitue un bon signal pour l’amorce du nouveau dialogue pour la réconciliation nationale, la consolidation de l’unité nationale et du vivre-ensemble.

Ce nouveau dialogue est censé éloigner le pays du spectre de la crise électorale de 2017 qui s’est soldée par 56 morts et surtout de celle de 2007 et son millier de morts à la suite des violences politico-ethniques. 
 

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter