Responsive image

Normalisation dans le Nord-Ouest : le MINAT transmet le message de paix

Politique
Rousseau-Joël FOUTE | 19-03-2018 06:49

Vendredi dernier à Bamenda et à Batibo, le ministre Paul Atanga Nji a également invité les jeunes armés qui se cachent encore dans la forêt à se rendre. Il a déclaré qu’ils ne seront  pas poursuivis dans ce cas.

C’est sous le signe de la paix, du dialogue, de la sensibilisation et de l’éducation des jeunes que le ministre de l’Administration territoriale (MINAT), Paul Atanga Nji, a placé sa première visite de travail, dans sa région d’origine le Nord-Ouest, suite à sa nomination à ce poste gouvernemental par le chef de l’Etat, le 2 mars 2018.

L’arbre de paix que lui ont remis les chefs traditionnels (fons) à son arrivée vendredi, peu avant 10 h à Matazem, arrondissement de Santa, était une indication que le MINAT est venu en apôtre de la paix et du dialogue. Après son accueil par les autorités administratives locales, avec à leur tête le gouverneur de la région du Nord-Ouest, Adolphe Lele Lafrique et par des populations et des militants du RDPC en liesse, le cortège du MINAT a mis le cap sur Bamenda.

Dans la salle de conférences des services du gouverneur, il a tenu une réunion avec les autorités administratives et les responsables locaux des forces de défense et de sécurité. Peu après 12h, au sortir de la concertation qui s’est déroulée à huis clos, Paul Atanga Nji a déclaré à la presse que le président de la République l’a chargé de transmettre à ces autorités ses félicitations et ses remerciements pour leur professionnalisme. Parce que depuis bientôt 16 mois, a-t-il rappelé, elles ont pu gérer les perturbations qui sont orchestrées par un groupe de terroristes. Les forces de défense ont été l’objet de plusieurs provocations mais ont gardé leur sang froid, a-t-il ajouté.

Avant de préciser que le gouverneur, les préfets, les sous-préfets et les leaders religieux ont contribué chacun à son niveau, pour que le calme revienne. « Vous pouvez constater que depuis Santa jusqu’à Bamenda, dans les rues, les populations vaquent à leurs occupations. Le chef de l’Etat a toujours travaillé pour ce grand Cameroun respecté, uni et indivisible. Donc, nous sommes venus transmettre le  message de dialogue aux populations et le message de félicitations aux forces de sécurité » a-t-il conclu sur ce point.   

Remise des armes
Le convoi du MINAT a ensuite pris la direction de Batibo, arrondissement situé dans le département de la Momo, toujours dans la région du Nord-Ouest. Dans la salle de réunion de la mairie de Batibo, en présence de Mme Mbah Acha Rose, ministre délégué à la présidence chargé du Contrôle supérieur de l’Etat (CONSUPE), le MINAT a tenu une autre réunion. Cette fois-ci avec les autorités administratives et traditionnelles locales ainsi qu’avec  les représentants des conducteurs de motos-taxis.

On sait que Batibo a défrayé la chronique ces dernières semaines du fait de l’enlèvement de son sous-préfet et du rapt dans cette localité du délégué régional pour le ministère des Affaires sociales, par des individus se réclamant du mouvement sécessionniste. Ici aussi, le MINAT a transmis le message délivré à Bamenda. Avant d’inviter les fons présentés comme les auxiliaires de l’administration à collaborer avec les pouvoirs publics pour ramener la paix car, lancera-t-il, « nous avons un ennemi commun : ce sont les sécessionnistes ».

 Il a demandé aux populations de ne pas insulter ou molester leurs chefs traditionnels, qui sont des personnages sacrés dans la région des grassfields. Il les a par ailleurs exhortés à travailler pour que les jeunes partis en forêt avec des armes reviennent. « S’ils sortent, on ne va pas les arrêter, comme c’était le cas hier (Ndlr : jeudi dernier), lorsque sept jeunes sont sortis de la forêt et ont remis leurs armes aux autorités », a promis le MINAT. Selon lui, le partenariat entre l’autorité administrative et les fons doit s’étendre aux conducteurs de moto-taxis ou « bendskineurs ».

Pour sa part, le CONSUPE a annoncé qu’elle a fait établir 100 permis de conduire au profit des motos-taximen. Elle a aussi annoncé qu’elle œuvre pour le financement des projets agropastoraux des jeunes de la localité, raison pour laquelle « ils ne doivent plus suivre ceux qui appellent à la division du pays.

Pour matérialiser le nouvel esprit qui doit exister entre l’administration et les « benskineurs », le MINAT a remis à leurs représentants des casques et des chasubles numérotés afin qu’ils exercent désormais leur activité conformément à la réglementation. Il leur a enfin demandé de sensibiliser leurs collègues afin qu’ils se fassent recenser et qu’ils dénoncent à l’avenir toute activité suspecte ou illégale dans leurs rangs.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

Désordre urbain: incorrigible Nkololoun

Regions
Mireille ONANA MEBENGA | 20-07-2018 12:30 | 0 0

Chaussées, trottoirs et terre-pleins restent occupés par des kiosques, des motos et étals divers.

Ils occupent trottoirs, chaussée et terre-plein, pour écouler leurs marchandises (produits frais vêtements, fruits et autres). Eux, ...
Lire la suite

Patrimoine: un héritage à rapatrier

Regions
Rita DIBA | 20-07-2018 12:30 | 0 0

Objectif de la présence des deux experts mandatés par le président français lundi à Douala.

Etudier les conditions de restitution définitive ou temporaire des objets de culte, d’arts et des documents africains encore en Fr ...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter