20 mai 2018: Grandiose

Politique
Rousseau-Joël FOUTE | 22-05-2018 09:12

Le président de la République, Paul Biya, a présidé dimanche dernier le défilé militaire et civil au Boulevard du 20 mai.

C’est à 10h15 que le président de la République, Paul Biya, arrive au Boulevard du 20 mai à Yaoundé. Le temps est doux et le ciel bleu. Après son accueil par le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense, Joseph Beti Assomo, il s’avance et s’immobilise face au drapeau national et suit l’exécution de l’hymne national.

Puis, il monte à bord du luxueux Range Rover décapotable qui l’a amené. Mais, cette fois-ci, le chef des armées se tient debout. Le véhicule longe alors le Boulevard en direction de la Poste centrale. Le chef de ­l’Etat passe les troupes en revue.

Lorsqu’il reprend le chemin inverse vers la tribune d’honneur, Paul Biya salue de la main droite le public qui l’acclame. Au niveau de la loge présidentielle, il est accueilli par le président du Sénat, Marcel Niat Njifenji et va prend place à côté de la première dame, Chantal Biya, arrivée sur les lieux quelques minutes plut tôt.

Les corps constitués nationaux, les membres du cops diplomatique et les invités spéciaux sont déjà installés. Autour du couple présidentiel, il y a, en plus du président du Sénat, celui de l’Assemblée nationale, Cavaye Yeguié Djibril et le Premier ministre, chef du gouvernement, Philemon Yang, entre autres hautes personnalités. Les deux autres tribunes sont pleines comme un œuf.

Le décor étant planté, le commandant de l’ensemble des troupes au défilé, le général de brigade Joseph Nouma, entre en scène et instruit la mise en place du dispositif préparatoire en vue du début du défilé militaire, première articulation de cette célébration grandiose.

Pendant que les éléments de la Musique de la Garde présidentielle se dirigent vers l’emplacement de départ du défilé, la Musique principale des armées se positionne devant la tribune d’honneur et exécute magistralement un carrousel intitulé « vivre ensemble ». Un pur régal qui met pendant cinq minutes en exergue les noms, en français et en anglais, des dix régions du Cameroun. Après cette mise en condition très appréciée commence le défilé militaire par le passage des troupes à pied.

C’est la Musique de la Grande présidentielle qui ouvre le bal. L’assistance se lève dans toutes les trois tribunes. Puis, arrive le commandant des troupes sur un véhicule militaire. Il est suivi par un détachement de l’armée nigériane appelé « Guard Brigade », l’équivalent de la Garde présidentielle au Cameroun.

Arrivés au niveau de la loge présidentielle, les Guest star qui marchaient jusque-là presque timidement s’arrêtent et créent la surprise. Le public retient son souffle et regarde, émerveillé, la série de figures géométriques qui se forme dans une parfaite synchronisation des pas et des gestes.

Les applaudissements se multiplient. Après avoir assuré le spectacle, la « Guard Brigade » se retire. Suivent des éléments de la Garde présidentielle. Dans le ciel, au même moment, des hélicoptères passent. L’un tire le drapeau du Cameroun qui flotte au vent, suivi de trois autres qui répandent chacun une espèce de fumée. Une trainée de couleur verte, rouge et jaune maquille le ciel dans leur sillage. Au Boulevard du 20 mai, le défilé s’enchaîne.

Après les troupes à pied, le défilé monté et motorisé prennent le relais. Au terme du défilé militaire à 11h28, le président de la République descend de la tribune d’honneur et félicite le général de brigade Joseph Nouma. Les aéronefs effectuent un deuxième passage dans le ciel en face des tribunes.

Ferveur patriotique
Cette séquence annonce le début du défilé civil structuré autour de neuf modules. Le premier est le bouquet d’ouverture, constitué de deux stèles portant l’une l’inscription « Republic of Cameroon » et l’autre « Une et indivisible », avant et après le grand drapeau national, le tout suivi par une effigie géante du chef de l’Etat sur un socle roulant. Assuré par un carré de l’INJS, le bouquet d’ouverture est clôturé par un carré de l’ENAM.

Le tout est accompagné de trois grandes banderoles dont la première annonce le début du défilé civil et les deux autres portent, en anglais et en français, le thème de cette 46e édition de la Fête de l’Unité : « Citoyens camerounais, restons unis dans la diversité et préservons la paix sociale, pour un Cameroun stable, indivisible et prospère ».

Tour à tour défilent les autres modules : éducation de base, enseignements secondaires, enseignement normal, formation professionnelle, éducation extra-scolaire, enseignement supérieur, militants de neuf partis politiques et  le bouquet de clôture.

Les écoliers, élèves et apprenants des écoles de formation, les étudiants des universités publiques et des instituts privés magnifient chacun à sa manière les valeurs d’unité, de paix, d’intégration nationale, de vivre-ensemble. C’est la communion totale avec le chef de l’Etat qui applaudit maintes fois la ferveur patriotique exprimée par ses jeunes compatriotes.

Ainsi s’achève, à 12h26, le défilé qui aura duré environ deux heures au Boulevard du 20 mai sous un soleil magnifique. A 12h32, le couple présidentiel se retire et prend place à bord d’une limousine. Le cortège s’ébranle vers le Palais de l’Unité.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter