Responsive image

Barrage de Memve’ele: en attendant la distribution de l’électricité

Economie
Aimé-Francis AMOUGOU | 13-06-2018 16:19

 Le ministre de l’Eau et de l’Energie, Gaston Eloundou Essomba, a visité l’ouvrage hydroélectrique hier, à Nyabizan.

Faire le tour de tous les ouvrages d’art qui font aujourd’hui le barrage hydroélectrique de Memve’ele. Tel est le pari tenu hier par le ministre de l’Eau et de l’Energie (MINEE).

Gaston Eloundou Essomba a parcouru les digues principale et secondaire, admiré le canal d’amenée, visité les installations de prise d’eau, admiré le réservoir tampon plein d’eau, touché du doigt les équipements fonctionnels du poste d’interconnexion et contemplé la qualité ultra-moderne des installations de l’usine proprement dite, avec ses quatre turbines Francis, d’une capacité de production installée de 211 MV.

A chaque étape, le MINEE a posé des questions pour obtenir du directeur du projet Memve’ele, Dieudonné Bisso, et ses collaborateurs, d’amples explications. Par la précision et la clarté des informations reçues, Gaston Eloundou Essomba s’est montré satisfait par la qualité de l’œuvre réalisée sous l’impulsion du président de la République, Paul Biya, et mise en œuvre par le gouvernement, avec l’aide de la fructueuse coopération chinoise.

L’objectif, va alors réaffirmer le ministre, est que cet ouvrage, qui se dresse majestueusement au cœur de la forêt équatoriale, rentre au plus vite en service et qu’il soit alors, à tout jamais, le symbole même d’une contribution réelle à l’offre additionnelle de l’énergie électrique au Cameroun.

La fiabilité technique du barrage, construit en respect des cahiers de charges sur le fleuve Ntem, à Nyabizan, arrondissement de Ma’an, dans la Vallée-du-Ntem, permet aujourd’hui de croire avec détermination et fierté que cet ouvrage saura contribuer à résorber le déficit d’électricité au Cameroun  et répondre à la demande croissante des industries et des ménages, sans oublier les pays frères voisins de la sous-région Afrique centrale, s’ils en font la demande…

A ce jour et ce, depuis plusieurs mois déjà, et au regard de l’ensemble des explications fournies au MINEE, l’avancement globale des travaux est de 98%. Les 2% restants concernent les tests à charge à effectuer avec comme supports majeurs, les ouvrages d’évacuation d’énergie qui restent à parachever.

Parallèlement, les travaux de bitumage de la voie d’accès au site du barrage sont dans leur phase terminale. Le taux d’avancement, ici, est estimé à 95% pour un délai consommé de 109%. N’eût-été la régularité abondante des pluies depuis 2017, ces travaux seraient terminés.

Un temps additionnel, évalué à quatre mois, a été accordé. Aussi, la fin des travaux de bitumage, avec signalisation de la route Nyabizan-Meyo-Centre, est-elle prévue au mois d’août prochain.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter