Responsive image

Gestion post-crise du terrorisme: 200 étudiants dans le bain

Politique
Sorèle GUEBEDIANG à BESSONG | 18-06-2018 07:43

Issus de l’Enam et de l’université de Buea, ils ont pris part mercredi à un séminaire y relatif à Limbé, en présence de Joseph LE, représentant du chef de l’Etat.

Limbé, « The place To Be ».  Loin d’être un slogan, cette ville illustre à suffisance que les populations y vivent dans la paix. Et c’est à dessein que l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (Enam) a choisi d’organiser un séminaire délocalisé sur le thème : la gestion post-crise des acteurs et victimes du terrorisme. Une activité qui rentre dans le cadre de ses missions de formation.

Pour cette initiation à la préservation de l’intégrité territoriale du Cameroun et à la prise en charge des acteurs et des populations victimes de ce phénomène, ce sont 150 élèves de l’Enam et 50 étudiants de l’université de Buea (UB) qui ont été outillés pendant trois jours.

Au cours de la cérémonie d’ouverture présidée par le représentant du président de la République, Joseph LE, par ailleurs ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative mercredi dernier, il a été rappelé que cette rencontre se tient dans un contexte particulier.

Ceci dans la mesure où les régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest vivent sous la menace des séparatistes-terroristes infligeant des souffrances, la destruction des biens matériels et pertes en vies humaines aux populations.

Pour être paré contre les affres de ce terrorisme, le directeur général de l’Enam, Linus Toussaint Mendjana a indiqué que l’un des meilleurs armements reste le savoir.

Pour corroborer cette perception, Michèle Yvonne Nguena Bell, élève en 2e année Division administrative, section AFD a confié : « Nous avons besoin de la matière pour affronter le terrorisme, des outils pour bien manager afin de disposer de meilleurs outils nous permettant de prendre des meilleures précautions face à une zone à risque ».

Des astuces déroulées par Salomon Eheth, directeur de l’Institut des Relations internationales du Cameroun (IRIC) dans sa leçon inaugurale sur « la coopération internationale à la rescousse de l’Etat africain terrorisé. »

Pour le représentant du président de la République, Joseph LE, l’engagement de l’Enam dans la lutte contre le terrorisme est louable ainsi que sa détermination à joindre les forces de défense et de sécurité sous la houlette du chef de l’Etat Paul Biya.

« A menace globale, riposte globale », le ministre Joseph LE a paraphrasé le chef de l’Etat pour montrer l’importance d’une osmose institutionnelle face aux agresseurs à multiples facettes.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter