Responsive image

Développement urbain: la politique nationale en débat

Societe
Carine TSIELE | 22-06-2018 12:04

Que faut-il faire pour que la question démographique soit pleinement intégrée dans toutes les phases et les étapes de la planification du développement local ? Qu’est-ce qu’on veut faire de nos villes ? De quels types de villes avons-nous besoin ?

Voilà quelques préoccupations qui ont constitué le fil conducteur de la rencontre entre les acteurs de la société civile, du secteur privé, les responsables du ministère de l’Habitat et du Développement urbain (Minhdu) et ceux de l’Onu-Habitat réunis hier à Yaoundé. Ces travaux ont pour objectif d’intégrer l’approche participative dans la politique nationale de développement urbain.

En ouvrant les travaux, Cyrille Yvan Abondo, secrétaire général auprès des services du gouverneur de la région du Centre est revenu sur les objectifs et l’importance des travaux. « Il faut avoir le capital humain véritablement préparé pour la construction des villes d’aujourd’hui et de demain.

Il sera question pour ces responsables réunis, de définir les critéres qui doivent donner fière allure à nos villes. Chaque participant doit donner sa perception des villes de la région du Centre dans le futur », a expliqué le responsable.

D’après Cyrille Yvan Abondo, les fruits de cette concertation permettront aux villes de la région du Centre d’être de véritables vitrines de l’émergence. L’autre objectif est d’atteindre le développement durable tout en s’arrimant au nouvel agenda urbain. Pour Nicolas Baba, délégué régional du Minhdu, la ville se construit tous les jours. Et il y a des opinions qui se créent. C’est pour cette raison, qu’il faut des personnes bien préparées dans les services publics, et les structures privées pour imaginer ces nouvelles villes et effectivement les réaliser. Ils devront alors aider les élus dans leur tâche.

Le Pr Esoh Elamé, expert, a fait savoir que, pour parvenir à une urbanisation mieux planifiée, inclusive, durable et qui bénéficie au plus grand nombre, il faut que les zones rurales soient pleinement reconnues comme des zones d’urbanisation. Sans oublier que, le Cameroun a besoin de villes tolérantes, de paix et de vivre-ensemble, des villes résilientes, inclusives. Donc, il n y a pas que la question d’environnement qui est prioritaire. Il faut que la ville soit pensée en intégrant nos diversités culturelles.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter