Cameroon-Tribune

Les yeux doux à la diaspora

Presidential
MESSI BALA | 02-08-2018 10:09

 Nombre de prétendants à la présidentielle multiplient des déplacements pour séduire les Camerounais de l’étranger.

Même si les potentiels électeurs camerounais inscrits sur les listes électorales à l’étranger n’atteignent pas 15 000, la diaspora attire bon nombre de candidats à la présidentielle. Ceci pour diverses raisons. Mobilisation financière, animation des structures du parti, plaidoyers politiques, visibilité médiatique …

Certes Paul Biya, candidat du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), ne s’est pas encore déployé directement vers cette cible, mais des responsables à divers degrés du parti sont sur le terrain.

Dans la quinzaine de sections du Rdpc à l’étranger (Gabon, Guinée Equatoriale, Sénégal, Côte d’Ivoire, Afrique du Sud, Espagne, France, Grande Bretagne et Irlande du Nord, Suisse, Etats-Unis) des comptes rendus permanents d’activités de collecte de fonds sont relayés via les réseaux sociaux. Une mobilisation qui traduit l’engouement des militants de ce parti à participer pleinement à l’élection présidentielle.

Johua Osih du Social Democratic Front (Sdf) ne s’est pas rendu à N’djamena (Tchad) ou en Allemagne récemment uniquement pour des collectes de fonds. Le vice-président du SDF, à en croire les publications diffusées à l’issue de ces déplacements, est davantage allé remobiliser les structures locales du parti.

Dans les pays du Benelux (Belgique, Pays-Bas et Luxembourg) et en Allemagne, Johua Osih y a géré les questions d’intendance « afin de rendre plus fluide le fonctionnement de ces structures ».

Maurice Kamto, dont le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) est plus récent sur l’échiquier s’est rendu en Europe, Allemagne notamment, pour y tenir une série de rencontres avec les membres de la diaspora.

Des discussions où les Camerounais de l’étranger ont l’occasion de donner leur avis sur des questions qui n’occupent pas forcément le haut du pavé. Entre autres, la monnaie, la forme de l’Etat, la double nationalité.

Charly Djapa, président fondateur du Parti socialiste et des écologistes camerounais (Psec), connait ces questions du bout des doigts puisqu’il est constamment avec cette diaspora. L’occasion de la présente élection présidentielle permet à Charly Djapa de les inscrire au cœur de sa vision politique et se présenter comme le porte-étendard de cette diaspora.

Un titre que va lui disputer un certain Cabral Libii, investi par le parti Univers, dont la tournée en fin 2017 en Europe et aux Etats-Unis lui avait permis d’accroître sa visibilité, peaufiner son lobbying.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

Responsive image

Yaoundé: Tenor en concert

Culture
Gaël de SOUZA | 17-08-2018 10:06 0 0

 Demain à 18h au Palais des Sports, l’artiste va animer un show plein de promesses.

Tenor le promet : demain, jour du concert, les portes seront ouverte...
Lire la suite

Responsive image

Charity Gala To Assist Needy Children:

Culture
Dilian WELLENG (Intern) | 17-08-2018 10:02 0 0

The donation will help provide didactic material to children under the care of Alliance Smile NGO.

The Non-Governmental Organization (NGO), Alliance Smile For Children, h...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter