Diplomatie: discrétion et efficacité

Politique
Augustin FOGANG | 04-11-2016 12:25

Les 34 années écoulées ont été marquées par la remarquable montée en puissance d’une diplomatie camerounaise toujours plus ouverte, tournée vers la modernité.

 

Un regard rétrospectif sur les 34 années écoulées depuis l’accession à la magistrature suprême du président Paul Biya met en lumière maints acquis probants d’une diplomatie rayonnante, conduite plus volontiers dans la discrétion mais efficace, à en juger par les nombreux bons fruits. Il n’est que de rappeler, à titre d’illustration, l’heureux aboutissement de l’affaire dite de Bakassi, dont on sait avec quel doigté la conduite en a été assurée côté camerounais par le président Paul Biya. Le célèbre Accord de Greentree du 12 juin 2006 relatif aux modalités de retrait du Nigeria et de transfert d’autorité dans la péninsule de Bakassi, est apparu au plan mondial comme un modèle de résolution pacifique des conflits.

La liste est bien longue, des succès diplomatiques du Cameroun engrangés depuis 34 ans sous la conduite méthodique de l’homme du Renouveau. Outre le règlement pacifique du différend frontalier Cameroun-Nigeria, figurent parmi les succès les plus retentissants : l’organisation à Yaoundé, en juillet 1996 du 32e sommet de l’Organisation de l’Unité africaine, en janvier 2001 du 21e sommet Afrique-France ; la tenue en mai 2010 de la conférence internationale de Yaoundé « Africa21 » ; la tenue à Yaoundé en juin 2013 du tout premier sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et de la Commission du golfe de Guinée (CGG) sur la sûreté et la sécurité maritime dans le golfe de Guinée ; la tenue en février 2015 à Yaoundé de la session extraordinaire de la Conférence des chefs d’Etat du conseil de Paix et de sécurité de l’Afrique centrale (COPAX) consacrée à la lutte contre le groupe terroriste Boko Haram. Autant de rencontres qui ont à chaque fois donné à voir le rôle éminent que le Cameroun joue sur la scène internationale. Il n’est pas superflu de rappeler, dans le même ordre d’idées, les trois visites papales que le Cameroun a déjà accueillies, dont deux de SS Jean Paul II (1985 et 1995) et une de SS Benoît XVI (2009), en leur double qualité de chefs de l’Etat du Vatican et de chefs de l’église catholique romaine.

Présence, participation et rayonnement. C’est sur ce triptyque que repose la diplomatie camerounaise dans la conduite de laquelle le président Paul Biya n’a eu de cesse d’imprimer sa marque personnelle depuis 1982. Principales caractéristiques de cette diplomatie : la réaffirmation de la souveraineté du Cameroun, Etat de droit ; une diplomatie discrète mais efficace ; la non-ingérence dans les affaires intérieures d’autres Etats ; la paix mondiale ; la justice ; la démocratie et la solidarité internationale.

Des événements du passé récents ont davantage mis en lumière l’opiniâtreté avec laquelle Paul Biya met en œuvre sa vision de la conduite des affaires du monde. On peut citer, entre autres : son propos – « Nous sommes ici pour déclarer la guerre à Boko Haram » – lors du sommet de Paris pour la sécurité au Nigeria ; son vibrant plaidoyer lors de la COP21 à Paris, pour un sauvetage des forêts du bassin du Congo, ainsi que du Lac Tchad ; ses interventions à la tribune de la 71e Assemblée générale de l’ONU sur les sujets majeurs d’actualité tels que la question des réfugiés, le nouveau programme mondial des Objectifs de développement durable (ODD) et la lutte contre le terrorisme. Toutes choses qui témoignent de la remarquable montée en puissance, au cours des 34 années écoulées, d’une diplomatie camerounaise toujours plus ouverte, tournée vers la modernité.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

Cameroun-Guinée équatoriale: une relation dense

Presidential
MESSI BALA | 22-02-2018 12:26 | 0 0

Partageant une frontière commune, les deux pays entretiennent en outre des rapports empreints de compréhension mutuelle et de fraternité.

Fraternité et solidarité. Les deux mots résument la relation entre le Cameroun et la Guin& ...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter