Kribi, Douala, Limbe : l’avancée inquiétante de la mer

L’érosion est très remarquable le long des côtes camerounaises, avec des conséquences non négligeables sur le quotidien des populations et les infrastructures.

La mer monte et le littoral camerounais change de visage. Il recule, année après année, décennie après décennie. A l’observation, chacun peut constater ces changements de visu, de Kribi dans la région du Sud à Limbe dans le Sud-Ouest, en passant par Douala dans la région du Littoral. Plusieurs données et une volumineuse documentation en circulation au niveau des administrations en charge du secteur et de certaines Ong s’intéressant à la question permettent de comparer la situation actuelle à celle d'il y a plusieurs décennies. Différentes équipes de spécialistes ont analysé des photos aériennes datant des années 1950, et les ont comparées avec des images plus récentes. Objectif : observer le comportement du trait de côte, matérialisé par le bord d'une falaise ou une ligne de végétation sur le sable.
Résultats de ces recherches : le trait de côte, point de référence, a reculé parfois sur plusieurs mètres par an, sur des périodes de 50 à 70 ans. Les côtes camerounaises sont du reste inégalement touchées par le phénomène, en fonction de leur profil géologique. En effet, les zones du Sud et du Littoral, aux longues plages de sable, sont plus concernées que les falaises et côtes rocheuses adossées au pied du Mont-Cameroun dans le Sud-Ouest. En cause, les émissions mondiales de gaz à effet de serre à l'origine du réchauffement climatique qui entraîne une montée du niveau des océans. Mais aussi la démographie galopante et l’action humaine des villes touristiques comme Kribi et Limbe. Avec l’exploitation non rationnelle des carrières de sable et de gravier, l’occupation incontrôlée du domaine public côtier.   &nbs...

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category