Terrorisme et la piraterie maritime : l’Afrique centrale révise sa stratégie

Le 20e Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEEAC s’est achevé hier à Brazzaville, sur la détermination des Etats membres à éradiquer ces phénomènes.

Organisation dans de brefs délais d’une Conférence maritime internationale pour intensifier la lutte contre l’insécurité maritime ; réunion extraordinaire de l’Union africaine sur le terrorisme, l’extrémisme violent, l’insécurité transfrontalière et nationale en Afrique. Ce sont là deux des principales résolutions issues des travaux de la 20e Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) qui se sont tenus hier à Brazzaville, la capitale de la République du Congo. Des assises auxquelles le Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute a pris part en sa qualité de représentant personnel du chef de l’Etat. Les questions liées à la sécurité de la sous-région, qui comme de nombreuses autres sur le continent, fait face à la montée de l’extrémisme violent, aux actions des groupes radicaux, sources d’instabilité dans les pays. Les pays membres de la CEEAC pensent de plus en plus à la mutualisation des efforts en vue de faire face à ce phénomène dont les conséquences sont chaque jour désastreuses. C’est dans ce même élan que le Sommet de Brazzaville se sont engagés à soutenir la transition politique en cours au Tchad qui, comme on le sait, a été marqué en avril dernier par la disparition brusque du président Idriss Deby Itno, alors que son pays était en plein conflit avec une rébellion armée. Plus qu’un simple soutien, il s’agit de contributions au succès de la transition que conduit le général d’armée Mahamat Idriss Deby Itno.
Au cours des travaux d’hier, la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEEAC a décidé d’apporter son soutien à la candidature du Cameroun à la pr&ea...

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category