Inondations à Yaoundé : le grand chantier du drainage

Avec les averses de ces derniers jours, la menace est forte, notamment au centre-ville où d’importants dégâts ont été enregistrés jeudi dernier.

Trois inondations en un mois à l’Avenue Kennedy à Yaoundé. Les unes aussi impressionnantes que les autres. Deux à Oyom-Abang et Nkolbisson. Le mois de juin restera longtemps gravé dans les mémoires des habitants de ces parties de la ville. A l’Avenue Kennedy, Paul Eric Metan, informaticien vit désormais avec la peur au ventre. Ce lundi 4 juillet autour de 10h, alors que le ciel s’obscurcit, l’homme a régulièrement le regard levé. Il ne s’est pas encore remis de la grosse inondation du 30 juin dernier. « C’était grave. Des véhicules ont été engloutis. Personne ne pouvait traverser l’Avenue Kennedy. L’eau nous arrivait aux hanches. C’était effrayant », raconte-t-il. Ce jour-là pourtant, il affirme que rien ne présageait une telle catastrophe. La pluie démarre timidement autour de 15h. Certains vont et viennent sans souci. Des automobilistes garent naturellement leurs véhicules. Mais beaucoup ne les enlèveront plus. « Nous sommes restés coincés ici jusqu’à plus de 20h. C’était impossible de circuler. Il faut vraiment que quelque chose soit fait en ces lieux », relève Salif, vendeur de lunettes. 
Un tour le long de cette Avenue mythique et l’on est face à des caniveaux pleins de boue et de déchets de toutes sortes. A certains endroits, des ordures sorties des canalisations indiquent que le débouchage a été entamé mais pas achevé. Des détritus entassés non loin des caniveaux attendent d’être ramassés. S’ils ne sont pas rapidement évacués, à la prochaine averse, l’eau les ramènera dans les drains qu’ils vont boucher de nouveau. Sur le canal du Mfoundi en face de la SNI, l’eau circule sans difficulté. Sur les 3,5m de profondeur du canal, elle n’occupe pas le tiers. Mais le petit liquide circu...

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category