Conseil constitutionnel : au complet

Réuni hier en congrès, le Parlement a reçu le serment des membres de l’instance chargée, entre autres, de veiller à la constitutionnalité des lois.

Le Conseil constitutionnel peut désormais attendre en toute sérénité les prochaines échéances électorales. Les membres (Florence Rita Arrey était absente) de l’institution ont en effet prêté serment, hier 2 avril, devant l’Assemblée nationale et le Sénat réunis en congrès. Des travaux présidés par le président de la Représentation nationale, Cavaye Yeguié Djibril, président du Bureau du congrès, avec, à ses côtés, le président du Sénat, Marcel Niat Njifenji. A la suite de Clément Atangana, président du Conseil constitutionnel, les autres conseillers ont tous prononcé la phrase consacrée : « Je jure de bien et fidèlement remplir mes fonctions, de les exercer en toute impartialité dans le respect de la Constitution, de garder le secret des délibérations et des votes, de ne prendre aucune position publique, de ne donner aucune consultation sur les questions relevant de la compétence du Conseil ». Ceci, la main droite levée et la main gauche non gantée posée sur la Constitution du Cameroun. Alors que les conseillers avaient fait leur entrée dans la salle dans un silence de cathédrale plusieurs minutes plut tôt, le rituel de prestation de leur serment a pris fin sous les applaudissements nourris d’une assistance qui comptait, en plus des députés et sénateurs, les autres grands corps de l’Etat, des membres du corps diplomatique accrédité au Cameroun, de nombreux membres de la famille et amis des heureux élus du jour.
Les membres du Conseil constitutionnel ont prêté serment à la salle des 1500 du Palais des Congrès de Yaoundé, suite à deux décrets signés le 18 janvier dernier par le président de la République. Le premier reconduisait pour un nouveau mandat de six ans, le président de l’instance, Clément Atangana, et huit autres membres déjà en poste. Le deuxième consacrait l’entrée au sein de cette institution, d’Adolphe Minkoa She et Aaron Logmo Mbeleck. Lesquels remplacent Joseph Owona et Joseph Marie Bipoun Woum, décédés. A travers une minute de silence, le président de l’Assemblée nationale a demandé que la mémoire de ces illustres disparus soit honorée. De même que celle de Jean Foumane Akame, l’un des pionniers également décédés. « Peu importe le temps mis, ils auront contribué de manière significative au bon fonctionnement de cette instance », a-t-il déclaré. 
Cavaye Yéguié Djibril a ensuite tenu à présente...

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category