Religion: Les évêques parlent de catéchèse

 

L’époque où les catéchistes arpentaient villes et villages pour prêcher la bonne nouvelle est presque révolue. Aujourd’hui dans certaines paroisses, on les compte au bout des doigts. Ceux  disponibles peinent à évangéliser faute de moyens didactiques. Résultat, les catéchumènes se retrouvent avec une catéchèse bâclée sans avoir la maîtrise des Saintes écritures. « Nous avons très peu de personnes disposées à assumer cette fonction au sein de l’église faute de rémunération. Et du coup, on les retrouve en nombre réduit », avoue un prêtre. De leur côté, certains catéchistes indiquent être négligés par leur curé. Une situation qui ne leur permet pas de prêcher l’évangile dans les familles », confie Marie Thérèse M., catéchiste. Une situation au coeur du 42e séminaire des évêques du Cameroun qui s'est ouvert lundi 7 janvier 2019 à Yaoundé. Ainsi le thème retenu pour le rassemblement des hauts cadres de l'église catholique camerounaise s'intitule: " la catéchèse dans l'Eglise du Cameroun. l'état de la question".

« L’engagement de la catéchèse s’affaiblit d’année en année. Pourtant son importance dans la vie est capitale », a déclaré Mgr Samuel Kleda, président de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun  à l’ouverture desdits travaux. C’était en présence de Julio Murat, Nonce apostolique au Cameroun et en Guinée équatoriale, Mgr Jean Mbarga, archevêque métropolitain de Yaoundé dans son mot de bienvenue a jeté un regard panoramique sur les conditions de vie quotidienne des populations. Ceci en insistant sur le rôle que doit jouer l’église à travers l’évangélisation pour leur épanouissement. « Comment la catéchèse peut-elle convaincre la communauté en crise? », a-t-il questionné, compte tenu de la situation qui prévaut dans les régions anglophones. A ce sujet, le prélat a souligné l’importance du vivre ensemble dans la diversité. Pour Mgr Jean Mbarga, il faut une nouvelle catéchèse : celle des temps modernes, source de pensée pour repenser le vivre ensemble. A sa suite, Mgr Samuel Kleda, archevêque de Douala, président de la CENC, il est temps pour les camerounais de s’arrêter, de s’entretuer pour rechercher les voies de la paix. « La catéchèse doit convaincre l’homme, être une école de leçons didactiques et une force vitale en ce temps de pensée moderne pour une nouvelle inspiration répondant au vivre-ensemble », a expliqué Mgr Samuel Kleda. Le président de la CENC appelle à l’arrêt des violences et au retour au dialogue pour l’instauration de la justice, de la réconciliation, de la solidarité. Ce qui passe par une politique au service de la paix, dans un monde d’amour et de justice. Les travaux de ce 42e séminaire s’achève le 12 janvier prochain à Yaoundé, avec une journée spéciale à Eséka dédiée à Mgr Bogmis, décédé en novembre 2018.