Histoire d’une vie

 « D’avenir… En souvenir », l’autobiographie de Jean-Pierre Tosi retrace son enfance dans sa Corse  natale et sa vie au Cameroun.

En 65 anecdotes, Jean-Pierre Tosi, actuellement en service au Pmuc, se raconte. Son enfance, pleine d’amour et de tendresse, dans sa Corse natale, au milieu de ses grands-parents paternels et maternels, ses oncles et tantes. Il relate aussi ses moments de peine comme le décès de son père, la guerre, ses frayeurs dans les montagnes qu’il connaissait pourtant bien. Dès l’entame de cette autobiographie de près de 179 pages divisée en 19 chapitres, on s’imagine dans quel environnement l’auteur a grandi. Celui d’un petit berger au milieu des brebis, chèvres, vaches, cochons, ânes et poules. Un garçon qui appelait « Papa » ses deux grand-pères, qui avaient su combler le vide laissé par son père parti trop tôt sur un champ de bataille.
En outre, l’auteur manifeste son amour pour les paysans : « Je grandis dans cette atmosphère d’amour, de tendresse de rigueur, de respect, avec les valeurs essentielles que peuvent vous inculquer les gens de la terre ». De fil en aiguille, Jean-Pierre Tosi, dont c’est la première œuvre, amène le lecteur à la découverte de son univers, les montagnes, communique sa passion pour la chasse, l’émotion quand il a sa première carabine... C’est avec la même facilité qu’il raconte son premier baiser, les rapports avec les femmes qui ont marqué son existence. D’abord sa mère, Rose, son épouse décédée, Mireille et bien d’autres.
Le récit de Tosi se poursuit au Cameroun, le pays qui l’a accueilli dans les années 80, lorsqu’il reprend la direction d’un  café sélect, « Le Cintra », situé à l’avenue Kennedy à Yaoundé. Devenu propriétaire, il y fera la rencontre de grandes figures de la musique camerounaise, de footballeurs de renommée internationale, d’économistes, de journalistes, de patrons de presse, etc. Chacun y venait déguster du bon café du Cameroun. Ça a été aussi une occasion de nouer des amitiés, de vraies, avec de grandes familles de Yaoundé comme les Noah, ou encore avec le célèbre footballeur Roger Milla. Des anecdotes il y en a, comme sa rencontre inattendue en septembre 1982 au Golf club de Yaoundé, avec le Premier ministre de l’époque, dont la simplicité l’avait ému.
Il relate enfin sa passion pour le ball-trap, la radioélectricité et les animaux, notamment les pigeons verts, le mamba vert, les araignées, le crocodile et bien d’autres. Tosi a aussi vécu les années dites « de braise », avec l’avènement du multipartisme dans les années 90.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category