Bandjoun: huit morts dans un accident

Le drame est survenu vendredi dernier à la suite d’un violent choc entre un bus gros porteur et un camion semi-remorque.

Read also : Médias : la crédibilité de l’information en question

Aux blocs opératoires, dans les salles de chirurgie et de réanimation de l’hôpital régional de Bafoussam et de l’hôpital évangélique de Mbo Bandjoun, l’activité est demeurée intense tout au long de la journée du vendredi 4 août 2017. L’équipe médicale s’emploie à soulager les traumatismes et diverses douleurs de la quarantaine de blessés transportés en ces lieux par les sapeurs-pompiers et les forces de maintien de l’ordre (FMO). Les séquences oscillent entre la joie de ceux qui recouvrent la santé, et l’annonce des décédés. A l’hôpital de Mbo, Adelaric Verlain, qui vient de sortir du bloc opératoire, demande des nouvelles de son épouse Nibèle Akouegang Njuimessing. Lorsqu’on lui annonce qu’elle est décédée, le jeune homme fond en larmes, oubliant sa propre douleur. Son épouse est l’une des huit personnes qui ont trouvé la mort lors du tragique accident issu de la collision entre un camion semi-remorque et un gros porteur de la société « Général voyages » vendredi matin, aux environs de 4h, au lieu-dit « Mbo » à Bandjoun, département du Koung-Khi.

Read also : Oil Transportation : New Quay Goes Operational

Le camion immatriculé LTSR 659 AD transportait des sacs de drèche et venait de Bafoussam, tandis que le bus gros porteur immatriculé LT 202 FJ a quitté Yaoundé dans la nuit de jeudi à destination de Bafoussam. L’état amoché des deux engins mais davantage du bus gros porteur témoigne de la violence du choc. Des morceaux de ferrailles, du sang et plusieurs autres objets qui traînent le long de la route, permettent de se rendre compte qu’outre les pertes en vies humaines, il y a de nombreux dégâts matériels. D’après la gendarmerie qui a ouvert une enquête, l’origine de l’accident est imputable à l’excès de vitesse, le manque de contrôle, la fatigue au volant et le brouillard qui a atténué la visibilité des deux conducteurs imprudents.

Read also : Animation politique : les médias à la rescousse

Ernestine Tueleko l’une des survivantes qui se trouve en soins intensifs, relate les circonstances du drame. « Tout le long du trajet, le chauffeur allait à vive allure. Il s’est arrêté à la station service à Bandjoun pour carburer. A peine a-t-il relancé le véhicule que j’ai vu un camion qui venait droit vers nous. La suite je ne sais pas. Je me suis réveillée à l’hôpital ». Le chauffeur du bus gros porteur, Junko Anicetus Kongnyuy est décédé à l’hôpital régional de Bafoussam. Le chauffeur du camion, Oussoumanou Seihou, lui, a pris la fuite après l’accident et est activement recherché par la police. Au final, on dénombre huit morts et 41 blessés dont une dizaine dans un état assez sérieux (au moment où nous mettions sous presse). Le gouverneur Augustine Awa Fonka s’est rendu sur les lieux du drame et a apporté un message de réconfort et d’encouragement aux blessés et à l’équipe médicale.

Read also : Conseil d’administration : Blaise Moussa aux commandes

 

Read also : Barrage de Nachtigal : la sérénité de retour

Les personnes décédées

Read also : Elite One: Retrouvailles Canon -Tonnerre

 

Read also : Formations dispensées à l’étranger; 17 faux diplômes, 23 rejets
  • Marie Watio
  • Irène Madjo
  • Marie Louise Kueté Kueté
  • Duclair Kuete Saa
  • Guillaume Djousse Saa
  • Junko Anicetus Kongnyuy
  • Nibèle Akouegang Njuimessing
  • Ymene Marie Pierre

 

Read also : Campagne cacaoculture 2020-2022: 4 millions de plants disponibles

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category