Mode Cré Art 2017: le festival désormais une biennale

 L’évènement a récemment drainé des foules au hall A du palais des Congrès à Yaoundé.

Des tenues délicatement confectionnées, dotées d’un charme rehaussé par un alliage de matériaux divers. Lors de la clôture de l’édition 2017 du festival Mode Cré Art, entre tissu pagne, papier alu, calebasse, branche… l’imagination des créateurs s’est voulue sans borne pour sublimer la mode « Made in Cameroon ». Un cocktail d’inspiration qui a su fasciner le public venu nombreux, sous le chapiteau du hall A du palais des Congrès à Yaoundé. Dix créateurs camerounais âgés entre 25 et 40 ans ont ainsi pu agrémenter cette soirée de par leurs œuvres. A travers des tenues de ville, de mariage, de soirée, une brise occidentale, africaine et indienne, l’ingéniosité artistique des créateurs au nombre desquels Gérard Eko (Vieux Loup), Maurice Leroy, Valérie Manoir, Timmy, Afro Yaka a su captiver. La collection du promoteur du festival, Jean Pierre Amor, a conclu le défilé. Un subtil usage de tissu pagne, et de dentelle transparente pour souligner la touche de sensualité de ses créations. Le travail s’est fait de fil en aiguille sans thème précis, afin de favoriser la liberté d’esprit. Mais comment parler de la beauté des tenues, sans souligner celle des mannequins, dont le professionnalisme aura suggéré une volonté de se surpasser.
Du 27 au 29 juillet dernier, l’occasion aura été donnée dans le cadre de ce festival, de promouvoir le partage d’expérience entre anciens et jeunes du milieu de la mode. Cette année, l’évènement a mis un accent sur l’accessoire de mode, mais aussi sur le body painting. Par ailleurs, pour Jean Pierre Amor, promoteur du festival Mode Cré Art : « A long terme nous aimerions en faire un festival international. Le but est d’attirer des créateurs africains, européens ». Basé sur une périodicité annuelle depuis 2009, comme l’explique le promoteur, le festival Mode Cré Art sera désormais une biennale. Comme quoi, l’absence de sponsors impose un ralentissement. Juste un ralentissement, car l’évènement ne disparaît pour autant. Cette plateforme d’expression et les talents qu’elle offre au fil des ans, compte bien résister.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category