Pont sur le Mayo-Galké: les intempéries ralentissent les travaux

Le chantier suspendu le 11 juillet dernier devrait reprendre incessamment. L’entreprise a sollicité une rallonge des délais. La livraison du marché prévue en 2017. 

D’ici quelques mois, les deux rives du Mayo-Galké, le mythique cours d’eau de Tcholliré, chef-lieu du département du Mayo-Rey, seront reliées par un pont flambant neuf. Cette rivière située à environ 200 Km de Garoua, a fait couler beaucoup d’encre, ces dernières années. L’ouvrage en chantier depuis février 2012, présente déjà une ossature d’un joyau architectural. Même si l’on observe un grand retard dans le délai de livraison du chantier, les populations du Mayo-Rey se réjouissent tout de même de la construction de ce pont, longtemps attendu. En effet, c’est depuis le mois d’octobre 1998 que les eaux des pluies avaient emporté le pont sur le Mayo-Galké. Durant 18 ans, cette route nationale N° 13 qui dessert tout le département du Mayo-Rey est restée impraticable. Pour  rallier la ville de Tcholliré à celle de Madingring (plus de 100 Km), par exemple, il fallait emprunter des motocyclettes ou utiliser des voies des contournements. Une situation qui a été laborieuse pour beaucoup de fonctionnaires en service dans cette partie du pays, appelés à faire le trajet de Garoua tous les mois pour venir toucher leur salaire. Ces dernières années, tous les regards étaient tournés vers Yaoundé d’où sortirait le projet de construction d’un nouvel ouvrage. Lorsque l’entreprise CGC a démarré les travaux en février 2012, c’était la joie totale sur toute l’étendue du territoire du département et même au-delà. Malheureusement, les 20 mois de délai d’exécution, plus les 32 mois de prolongations, n’ont pas suffi à l’entreprise adjudicataire pour livrer le marché dans les délais. Un marché qui aura pourtant coûté près de cinq milliards de F à l’Etat camerounais et ses partenaires. 
La dernière mission de contrôle du mois de juillet dernier publie dans son rapport un certain nombre de difficultés qui auront entravé le bon déroulement des travaux. Il s’agit notamment du choix de type de fondation de quatre appuis intermédiaires, du matériel inadapté et insuffisant, du problème d’organisation et de l’insuffisance du personnel. Selon les informations recueillies auprès du délégué régional du ministère des Travaux publics du Nord, Pabame Dang, par ailleurs, ingénieur dudit marché, les travaux sont suspendus depuis le 11 juillet dernier du fait des intempéries. Néanmoins, les responsables du chantier rassurent quant à la reprise imminente des travaux, une fois les eaux du cours d’eau drainées.                                 
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie