Consolidation de la paix et de l’unité nationale: La marque du Renouveau

L’accession à la magistrature suprême du président Paul Biya, le 6 novembre 1982, a marqué l’entrée en scène du Renouveau national. Une politique basée sur les valeurs de paix, d’unité, de liberté, d’intégrité, de modernité, de démocratie et de justice. A l’occasion de ce 35e anniversaire, Cameroon Tribune ne déroge pas à la tradition qui veut qu’en pareille circonstance, on s’arrête non seulement pour évaluer le chemin parcouru, mais aussi pour sonder l’avenir.

Au regard du contexte et des épreuves récentes vécues par la Nation, votre journal a choisi de mettre l’accent sur la contribution du Renouveau national à la consolidation de la paix et de l’unité nationale. Il convient à cet effet de relever que l’évolution du Cameroun sous la conduite du président Paul Biya n’a pas été un long fleuve tranquille.

Il ne pouvait d’ailleurs en être autrement quand on sait que la vie de toute société humaine est, de tout temps, jalonnée de hauts et de bas. Les tensions sociales générées par deux décennies de crise économique, les atteintes à l’intégrité territoriale (dans la zone de Bakassi) et aux institutions de la République… et les années ayant précédé la restauration du multipartisme ont profondément meurtri les Camerounais.

Malgré ces évènements douloureux, dont certains étaient de nature à déstabiliser le pays et à compromettre son avenir, les Camerounais ont toujours su transcender leurs divergences. Pour privilégier l’essentiel, à savoir : la paix et l’unité nationale. Au point de faire du Cameroun une exception en Afrique en matière de stabilité des institutions.

C’est cette paix et cette stabilité jalousement préservées qui ont du reste permis au président de la République, Paul Biya, de continuer à oeuvrer avec acharnement à l’édification d’un pays fort, plus uni et plus solidaire. Alors que le redressement de l’économie nationale était en bonne voie, avec en ligne de mire la transformation du Cameroun en pays émergent à l’horizon 2035, les démons de la haine et de la division ont resurgi pour saper le moral des fils et filles du triangle national.

C’est ainsi que depuis plus de trois ans, la secte terroriste Boko Haram sème mort et désolation dans certaines localités de la région de l’Extrême-Nord, contraignant les populations locales à fuir leur terroir. Quant aux réfugiés provenant pour la plupart du Nigeria, ils se comptent par centaines de milliers.

Dans la région de l’Est, des bandes armées, provenant de la République centrafricaine, se sont spécialisées dans l’enlèvement, le pillage et autres braquages notamment pour se ravitailler en nourriture. A ces menaces exogènes, il convient d’ajouter une autre d’origine endogène. Celle des sécessionnistes qui ont mis à mal la paix, la sécurité et l’unité nationale dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

D’où le thème retenu pour la célébration de ce jour à savoir : « Contribuons ensemble au renforcement de l’esprit Camerounais pour la consolidation de l’unité et de l’intégrité nationale et de la paix ». « L’esprit camerounais » forgé par le Renouveau étant comme le précise la circulaire du secrétaire général du Comité central du RDPC, Jean Kueté, publiée pour la circonstance : « La passion de la paix et de l’unité nationale, la culture de la pondération, de la tolérance, de la patience et de la résilience, le culte de l’effort et le rejet de l’impossible, l’engagement irréversible pour la défense de la spécificité camerounaise et le refus des modèles importés, la fierté d’appartenir à un Cameroun uni et indivisible, la conscience que le Cameroun est la chasse gardée des seuls Camerounais ».

Dans les pages qui suivent, votre journal revient sur des faits majeurs qui permettent de mieux comprendre la dynamique imprimée par le président Paul Biya, promoteur du Renouveau national depuis 35 ans, en vue de la consolidation de la paix et de l’unité nationale.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie