Est: 400 personnes accèdent à l’état civil

Mindourou (Haut-Nyong) – Ils s’appellent Paul Claudel Nkoh, Mandjom Mpouam, Jean Adodo… Ils sont indifféremment Bantous ou Bakas, tous habitants l’arrondissement du Dja dans le département du Haut-Nyong, région de l’Est. Outre cette proximité géographique, ces citoyens font partie du tiers de la population qui, dans ces contrées n’était jusque-là inscrit dans aucun registre d’état civil. Tout récemment, leur statut, tout comme celui de plus de 400 autres congénères, a changé.

A l’initiative de Hans Bonaventure Ntsiel, conseiller municipal de la commune de Mindourou et à l’occasion mécène de plusieurs opérations sociales, une audience foraine de jugements supplétifs a été présidée par Ahmadou Aminou, président des tribunaux d’Abong-Mbang, en présence du procureur de la République près lesdits tribunaux et du sous-préfet de l’arrondissement du Dja, Sangwa Tchalla.

Au terme de l’opération, 424 actes de naissance ont été délivrés aux demandeurs venus de 16 villages bantous et 8 campements bakas. Les bénéficiaires expliquent leur ancienne situation à l’état civil par l’ignorance des procédures, la cherté (25 000 F selon certains) du processus en régularisation, l’éloignement des centres d’état civil, etc.

Au résultat, selon des statistiques recueillies sur place, plus de 30% de la population de l’arrondissement du Dja n’ont pas d’actes de naissance et, de fait, de nationalité… « Les frais exigibles au niveau du parquet ne sont pas supportables par les pauvres paysans qui, même après la déclaration de naissance, ne parviennent pas souvent à s’acquitter des frais au niveau de la mairie », explique Hans Bonaventure Ntsiel.

Dans ce contexte, la contribution de cette élite, au-delà de la gratitude fort compréhensible exprimée par les populations, revêt une très grande portée à la foi sociale, économique et politique, comme l’a relevé le sous-préfet.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category