Les arnaqueurs rôdent

Nombreux sont ceux qui arborent la casquette d’étudiant pour tromper la vigilance des jeunes bacheliers en cette période.
    
Difficile de se freiner un chemin à l’entrée du campus de Ngoa-Ekellé. Entre commerçants,  photocopieurs et agents de sécurité, se trouvent de jeunes gens qui aident les nouveaux bacheliers à se préinscrire en ligne. Ils sont pour la plupart des étudiants. Munis de sacs à dos, d’ordinateurs et de demi-cartes photos à la main, ceux-ci interpellent tout usager qui circule au niveau du lieu-dit « château ».
Claudia N., arrive pour sa toute première fois à l’université de Yaoundé I samedi dernier. A peine descendue du taxi, elle est interpellée par les « nouveaux chargés d’orientation ». La jeune fille, âgée de 19 ans, désire poursuivre ses études en Lettres modernes françaises.  « C’est pour les préinscriptions ? », lance un jeune homme à l’allure d’un étudiant. A peine après avoir acquiescé de la tête que Claudia se retrouve entourer de plusieurs hommes. Elle a du mal à tenir sa chemise, son portefeuille et son téléphone.  C’est chacun qui lui dit « par ici la go ! » tout en essayant de la tenir par la main. Elle réussit finalement à rejoindre  le jeune homme qui l’a interpellé en premier. 
« Pour me faire préinscrire et faire des demi cartes photos pour compléter mon dossier, ça coûte combien ? », demande-t-elle. D’après son interlocuteur, il faut débourser une somme de 4000F. Après avoir donné le montant requis, la jeune femme est installée  à l’arrêt bus pour permettre au jeune homme d’aller s’acquitter du matériel nécessaire pour travailler. Les heures ne font que s’écrouler et celui-ci n’est toujours pas de retour. C’est après plus de 4 h de temps que la jeune demoiselle décide d’aller à la recherche du jeune homme à qui elle a donné son argent.
 Aucune trace de lui et personne ne semble le connaitre. Approchée par un monsieur qui fait des photocopies en face du campus, Claudia N., explique son problème les larmes aux yeux. C’est alors que ce quinquagénaire lui fait savoir que des cas comme le sien sont récurrents en cette période de rentrée académique. « Tu aurais dû normalement donner 1000F pour te faire photographier et te préinscrire, cet homme t’a juste arnaqué », lui dit-il. 
Ainsi, la jeune bachelière est conduite vers un  étudiant de deuxième année pour résoudre son problème. C’est après trente minutes que Claudia N., est servie et peut finalement compléter son dossier de candidature pour être admise à l’université de Yaoundé I. 
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie