Musique: Tsamaha, étoile montante du Sahel

Les chansons de cet artiste ambitieux font fureur dans le Septentrion.

Depuis 2015, ses musiques cartonnent dans les trois régions septentrionales. C’est surtout son titre fétiche « Mémi nam mémi nam », traduction : « Goûte-moi goûte-moi » qui l’a fait sortir de l’ornière. Son rythme de prédilection est le Mafa.

Mais le jeune artiste musicien, également danseur hors-pair, a su rebâtir ce rythme en y ajoutant un zeste de modernité. Il le fait systématiquement dans tous ses albums (il en a quatre). Chacun d’eux comporte huit titres.

Cet artiste qui voit le jour à Mokolo en 1986 a une réputation établie dans la région de l’Extrême-Nord. Tsamaha Bienvenu est en passe de devenir la clé du succès des cérémonies. Sa présence seule mobilise les foules. Généralement, il monte sur scène avec ses danseuses : les filles sahel.

S’il est vrai que ce n’est qu’en 2011, à travers son premier maxi-single que le grand public a commencé à le découvrir, Tsamaha joue de la musique bien avant cela. Depuis 1995, il éprouve une certaine passion pour la musique. Son talent a été détecté dans la chorale de l’Union des églises évangéliques du Cameroun (UEEC) de Mokolo.

Au fil du temps, il découvre un lien indissoluble avec la musique. A l’université de Ngaoundéré où il s’est inscrit en 2005, il lui manquait : la musique.

Vide comblé à la faveur d’une formation de deux ans au Mali. Aujourd’hui, Tsamaha nourrit le rêve de vendre son talent à l’échelle nationale et africaine.

Du 23 décembre 2017 au 3 janvier 2018, Tsamaha a présenté une série de 10 spectacles dans le Nord. Du 21 décembre 2017 au 1er janvier 2018, il était en tournée dans les régions de l’Extrême-Nord et du Nord.

Au premier trimestre 2018, il envisage la conquête du public de Bertoua, Yaoundé et Douala par des concerts.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie