Pétrole: la prudence toujours de mise

Les cours de l’or noir sur les marchés ont franchi la barre de 50 dollars le baril le 10 octobre 2016, deux semaines après l’accord de l’OPEP pour limiter l’offre. Ils restent cependant bas.

Mercredi 28 septembre 2016 à Alger, les 14 pays membres de l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) conviennent de limiter leur production de pétrole. L’accord est jugé « historique » par les analystes. Depuis plus de deux ans, les cours de l’or noir dégringolent sur le marché mondial. Le prix du baril de pétrole brut est passé de plus de 100 dollars en juin 2014 à moins de 30 dollars en ce début d’année. Une conséquence logique de la loi du marché qui veut que les prix baissent lorsque l’offre est supérieure à la demande. Dans le cas échéant, outre la surabondance de l’offre (dopée par l’arrivée du pétrole de schiste américain), on a en plus assisté à une morosité de la demande liée au ralentissement de l’activité économique dans les principaux pays émergents. 
L’accord de l’OPEP porte sur une réduction de la production journalière de pétrole brut. Entre 32,5 et 33 millions de barils par jour contre 33,47 millions avant. Ce qui correspond à une diminution comprise entre 470 000 et 970 000 barils par jour. Une réduction que certains économistes jugent peu significative pour influencer le marché. Bien qu’elle soit la plus importante consentie depuis la chute des cours enregistrée durant la crise de 2008. Soit. A l’annonce de cet accord, les cours de l’or noir ont tout de même bondi de 5%,  passant de 46,24 à 48,72 dollars entre mardi (27 septembre, Ndlr) et mercredi (28 septembre, date pendant laquelle l’accord a été trouvé). Lundi 10 octobre, les cours ont gagné 71 cents sur le marché de New York, remontant à 50,52 dollars le baril. Un site spécialisé en ligne rapporte les propos du  ministre saoudien de l’Energie qui confiait lundi qu’un prix du baril à 60 dollars est envisageable d’ici la fin de l’année en cours. 
Les prix du baril de pétrole étaient encore à l’ordre du jour du Congrès mondial de l’énergie ouvert le 10 octobre en Turquie. Une rencontre informelle entre les pays- membres et non -membres de l’OPEP afin d’assurer le suivi de l’accord de septembre dernier. Des nouvelles comme celle en provenance de la Russie, pays non-membre de l’OPEP, qui se dit pourtant disposé à coopérer avec les pays de l’organisation, augurent de bonnes perspectives pour les cours du pétrole brut. 
La courbe des prix de l’or noir sera scrutée jusqu’au 30 novembre prochain, date de la tenue à Vienne en Autriche, du Sommet de l’OPEP. Rencontre au cours de laquelle les 14 pays- membres de l’organisation (Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Equateur, Gabon, Indonésie, Iran, Irak, Koweït, Libye, Nigeria, Qatar, Emirats arabes unis et Vénézuela) discuteront des modalités de mise en œuvre de leur accord. Pour les pays africains exportateurs de brut, la remontée des cours est une bonne nouvelle pour les finances publiques.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie