Dialogue national en RDC: le projet d’accord examiné en plénière

Les délégués aux pourparlers étudient ce lundi les propositions faites le week-end dernier par la majorité et l’opposition en vue d’un compromis.

Les 300 délégués présents au dialogue politique national en République démocratique du Congo (RDC) reçoivent ce lundi au cours d’une plénière le projet d’accord trouvé entre la majorité et l’opposition présente aux pourparlers. Avant la signature annoncée demain de l’accord global lors de la clôture de ces travaux entamés le 1er septembre dernier. Le compromis trouvé le week-end dernier au terme de ces échanges préconise le maintien de Joseph Kabila au pouvoir au-delà du 19 décembre 2016, prévu pour la fin de son deuxième et dernier mandat, et ce jusqu’à l’installation d’un nouveau président après la présidentielle repoussée à fin avril 2018. 
En contrepartie de cette concession, l’opposition a obtenu la nomination d’un Premier ministre, chef du gouvernement issu de ses rangs et le respect de la Constitution. En clair, le président Kabila ne pourra pas être candidat à sa propre succession. Le dépôt des candidatures quant à lui, est prévu pour le 30 octobre 2017. La gestion de la période de transition sera placée sous le contrôle d'une commission composée de l'opposition, de la majorité et de la société civile. Celle-ci sera elle-même assistée par des organisations partenaires, à l’instar de l'Organisation des Nations unies (ONU), de l'Union européenne, de l'Union africaine, de la Conférence internationale régionale sur la région des Grands lacs (CIRGL) et du Comité de développement d’Afrique australe (SADC).
Dans un camp comme dans un autre, l’on se dit satisfait des avancées. «Nous avons trouvé un consensus sur la gestion des institutions pendant la période intérimaire et bien entendu sur la composition du comité de suivi, parce que nous ne voulons pas adopter un accord qui va rester lettre morte. Donc le peuple congolais aura un accord », a lancé Vital Kamerhe, président de l’Union pour la nation congolaise (UNC) et co-modérateur de l’opposition. «Ces équipes de travail sont arrivées à des conclusions tout à fait heureuses, qui permettent d’espérer que notre dialogue va pouvoir aboutir comme nous le souhaitions », ajoute Alexis Thambwe Mwamba, ministre de la Justice et co-modérateur de la majorité.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie