Du plantain en abondance

How much

Read also : CHAN 2020 : le Maroc dans l’histoire

Les prix des régimes varient entre 500 F et 4000 F dans les marchés de Yaoundé, au grand bonheur des ménagères.

Read also : Accident de Santchou : deux ministres sur les lieux

Marché  Mvog Atangana Mballa ce lundi 09 avril. Les régimes de plantains sont étalés à perte de vue. Même constat au niveau des autres marchés du Mfoundi,  Mvog-Mbi et Mokolo. Ce produit phare est à profusion depuis quelques semaines dans les marchés de la cité capitale. Vendus en détail ou au régime, les prix pratiqués sont fonction de la variété, de la qualité et de la grosseur mais restent néanmoins à la portée de toutes les  bourses.

Read also : Rentrée du deuxième trimestre : ça repart

Le régime proposé il y a quelques semaines à 1500 F est aujourd’hui écoulé à 700 F voire 500 F au marché du Mfoundi et à Ekounou. Les régimes aux gros doigts de plantain sont vendus entre 2500 F et 4000 F. Quant à la vente en détail, six doigts de gros plantains mûrs sont écoulés à 500 F.

Read also : Développement de la sous-région : on reparle du financement des projets intégrateurs

Selon les commerçantes, cette abondance s’explique par le retour des pluies. « Le vent fait tomber les régimes et les bananiers », confie Martine Ndongo, vendeuse au marché Mvog Atangana Mballa.

Read also : Loi de finances 2021 : de grandes innovations fiscalo-douanières

Avant la grande saison des pluies qui conduira à la rareté de ce produit, il est vendu à vil prix, au plus grand bonheur des consommateurs. « Le plantain est l’un des rares compléments qui puisse accompagner tous les plats. Cette abondance et surtout le prix pratiqué en ce moment nous permettent d’en acheter en grande quantité », se réjouit Marie Taiebe, ménagère. 

Read also : Mise en place des exécutifs régionaux : le jour-j

Malgré cette surabondance, les commerçants se plaignent du faible taux d’achat en semaine.  « Le marché est difficile. Les plantains sont beaucoup plus écoulés durant les weekends», souligne Marie Paule Nsi, vendeuse au marché du Mfoundi. Pour que les produits ne se périment pas, les commerçants adoptent d’autres stratégies notamment la multiplication des points de vente.

Read also :

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category