RDC: des obsèques officielles pour Tshisekedi

Gouvernement et proches de l’opposant décédé le 1erfévrier 2017 en Belgique ont finalement signé un accord pour le retour de sa dépouille au pays.

Après plus de quatorze mois de querelle entre autorités congolaises, familles nucléaire et politique du défunt président de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), décédé le 1er février 2017 à Bruxelles en Belgique, les trois parties se sont finalement entendues pour la rapatriement en République démocratique du Congo (RDC) de sa dépouille.

Le protocole d’accord signé crée une commission spéciale chargée de l’organisation de ces obsèques. Présidée par Henri Mova Sakani, vice-Premier ministre chargé de l’Intérieur, celle-ci est constituée de neuf personnes dont Mgr Gérard Mulumba, frère cadet du défunt, représentant de la famille et Jean-Marc Kabund, secrétaire général de l’UDPS.

Selon le communiqué final lu par Mgr Gérard Mulumba, «L'Etat congolais prendra en charge tous les frais. Le palais du peuple [siège du Parlement congolais, ndlr] a été retenu pour les recueillements ainsi que les hommages officiels et populaires». Le texte précise également que les hommages devront durer 48 h et que M. Tshisekedi reposera «dans la concession familiale située dans la commune de Nsele».

Une entrave de taille levée d’autant plus que le gouvernement, la famille et l’UDPS ne s’accordaient pas toujours sur le lieu de l’inhumation de l’ancien Premier ministre. Dans les prochains jours, un avion spécial sera envoyé dans la capitale belge pour le rapatriement de la dépouille du vieil opposant et de sa famille au bercail.

Les différentes parties ont également convenu d’observer «une trêve politique» durant la période des obsèques et invitent à éviter «toute récupération politique». Le gouvernement tente de rassurer quant aux dispositions prises en vue d’un hommage bien mérité au sphinx de la scène politique congolaise.

«Nous allons finalement nous exécuter pour que tout se passe dans la paix, dans l'honneur que nous devons rendre à l'illustre disparu», rassure Henri Mova Sakani. Reste à présent que la commission spéciale d’organisation fixe la date de ces obsèques.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie