Unesco: un regard sur la petite enfance

 L’atelier de renforcement des capacités des acteurs de l’éducation et de la protection de la petite enfance s’est tenu le 2 mai dernier à Yaoundé.

Les représentants des différents ministères impliqués dans l’éducation et la protection de la petite enfance (EPPE), se sont réunis mercredi dernier dans les locaux de la commission de l’Unesco à Yaoundé, pour un atelier de formation.L’atelier avait pour objectif, de voir comment améliorer les résultats éducatifs et nutritionnels, de la santé de l’enfant âgé de 0 à 8 ans pour un avenir meilleur.

Pour mener à bien la formation, deux experts du bureau international d’éducation-Unesco (BIE), Christian Morabito et Christian Fabbi ont échangé avec les différentes délégations. Le BIE en partenariat avec le Minedub a produit lors d’un premier atelier ici à Yaoundé, une analyse nationale de la situation de l’Eppe.

Pour ce nouvel atelier, l’intérêt est porté sur l’analyse des besoins du secteur de la protection d’enfance, la formation des équipes du Minedub, à l’éducation préscolaire de qualité et enfin sur les mesures à prendre pour mettre en place le système national de l’Eppe.

Il faut noter que l’Eppe est une vision du développement de l’enfant qui répond aux Objectifs de Développement Durable (ODD). « D’ici 2030, que toutes les filles et tous les garçons aient accès à des activités de développement et de soins de la petite enfance et à une éducation préscolaire de qualité qui les préparent à suivre un enseignement primaire », stipule l’objectif n°4.

Les délégations des départements ministériels concernés notamment, le ministère de l’Education de base, le ministère des Affaires sociales, le ministère de la Santé publique, le ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille pour ne citer que ceux-là se formeront ainsi jusqu’aujourd’hui pour atteindre les objectifs fixés :

« donner au Cameroun les outils nécessaires pour piloter l’éducation et la protection de la petite enfance en vue de sortir une vision nationale harmonisée. » explique Sally Mairiga, secrétaire général à la commission pour l’Unesco.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie